Un livre réunionnais reçoit le prix du livre scientifique 2017 à Ouessant

L'ouvrage "Les coléoptères de l'île de La Réunion" a été primé lors du 19eme salon international du livre insulaire de l'île d'Ouessant, qui s'est déroulé en août 2017.

Publié en 2016 par les Editions Orphie sous la direction d'Yves Gomy, Rémy Lemagnen et Jacques Poussereau, cet ouvrage présente un panorama complet des coléoptères endémiques et exotiques de La Réunion.

Vous pourrez le consulter et l'emprunter à l'Espace Océan Indien de la BU Droit-Lettres (IOI REU 595 GOM)

Retrouvez nos précédents billets sur les collections naturalistes des BU de La Réunion ici.

Un peu d'anglais avec vos vacances? (2/2) Nouveautés Faune, flore et autres sciences de la vie

female cat loves books by - sous licence CC BY-SA 2.0

Dans ce deuxième volet de suggestions de lectures en anglais pour les vacances, les sciences de la vie sont à l'honneur.

Ecologie :

Cet ouvrage aborde des questions écologiques, comme la montée du niveau de la mer ou les espèces invasives, pour expliquer pourquoi les questions écologiques nous concernent tous, même si les régions affectées sont loin de nous.

Ce livre fait un point sur les connaissances de l'écologie des déserts : adaptation des plantes et des animaux, interactions entre espèces, la conservation de ce milieu, etc.

Les océans :

Des scientifiques participant à un observatoire des fonds sous-marins ont rassemblé dans ce livre des photographies des profondeurs sous-marines. Il couvre la géologie et la biologie des formes de vie marines qui se regroupent autour des différents reliefs sous-marins.

Cet ouvrage discute de la formation de la croûte océanique, du rôle des océans dans l'apparition de la vie sur Terre et des différentes formes de vie océaniques.

Parcourez ce guide pour en apprendre plus sur les 57 espèces d'hippocampes qui vivent dans nos océans.

Feuilletez ce livre pour admirer des photos et des illustrations de plus de 500 espèces de requins, dont certaines ont été découvertes si récemment qu'elles n'ont pas encore reçu leur nom scientifique.

Ce livre fait un point très complet sur tous les aspects biologiques des tortues marines : vision, reproduction, physiologie, effet du changement climatique sur les tortues marines, etc.

Les animaux :

Découvrez l'oeuvre d'une primatologue et de ses collègues dans cet ouvrage qui traite de la vie sociale des primates par le prisme de l'intelligence et de la communication.

Le but de ce livre est de démontrer non seulement le rôle essentiel des oiseaux dans les écosystèmes, mais que les services rendus par ces oiseaux ont un impact économique.

Les plantes :

  • Floral mimicry / Steven D. Johnson, Florian P. Schiestl (Oxford University Press - 2016)

Cet ouvrage explore le mimétisme des plantes. Il examine les signaux olfactifs, visuels et tactiles qui permettent d'attirer les animaux pour favoriser leur fécondation. Il s'interroge aussi sur le parallèle avec les stratégies de mimétisme des animaux.

Ce livre, abondamment illustré, explique l'évolution des graines, comment elles fonctionnent et leur utilité pour l'humanité.

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le cocotier et la noix de coco!

Vous verrez comment la découverte et l'utilisation d'une plante peut changer une civilisation. Alors plongez dans ce livre pour découvrir comment 50 plantes ont influencé notre mode de vie, depuis l'aube de l'humanité jusqu'à nos jours.

Les insectes :

Envie de lire une histoire conquête du monde? Empruntez cet ouvrage pour apprendre comment la punaise des lits est repartie à l'assaut des lits partout à travers le globe après avoir beaucoup reculé après la Seconde guerre mondiale.

En plus de vous expliquer les activités des insectes et comment ils ont évolué pour s'adapter aux différents environnements, cet ouvrage vous explique les différents rôles des insectes dans les écosystèmes.

Dans cette biographie, vous apprendrez comment un chercheur allemand, considéré par le régime nazi comme étant juif, a découvert le moyen de communication des abeilles. Vous découvrirez aussi comment ces abeilles ont sauvé ce chercheur des purges du régime allemand.

Expo Photo - La biodiversité animale se trouve à la BU Sciences

En mai et juin, venez découvrir la nouvelle exposition de la BU Sciences de l'Université de La Réunion : photographies de Daniel Goeleven

A travers douze photos tirés d'une série de quarante quatre découvrez la richesse de notre monde animal ! On ne peut de dire que deux choses face à cet éblouissant spectacle que nous offre la nature : d'abord la beauté est partout -- et il faut absolument la préserver.

Photo de Daniel Goeleven

Né à Bruxelles, Daniel Goeleven a d'abord fait des études d'ingénieur civil puis a validé un Doctorat en Mathématiques Appliquées. Il a également obtenu une bourse de la Fondation Alexander von Humboldt pour un séjour scientifique postdoctoral en Allemagne. Il est actuellement Professeur de Mathématiques Appliquées à l'École Supérieure d'Ingénieurs Réunion Océan Indien (ESIROI), rattachée à notre université.

Passionné de sciences naturelles et de photographie animalière, Daniel Goeleven utilise principalement un Pentax K-7 avec un objectif 300 mm et un Macro 100 mm.  C'est dans le cadre de ses voyages "naturalistes"  qu'il réalise la plupart de ses photos. Il furète aussi régulièrement dans les forêts du Parc National de La Réunion. Il a récemment contribué à différents travaux qui visent à faire découvrir au public la nature et sa diversité.

Pour nous aider à mieux connaître la faune présentée dans ses photos, M. Goeleven propose un livret complet illustré enrichi d'explications (PDF en ligne ou livret consultable à la BU Sciences dans le hall d'exposition) :

Livret de l'expo Daniel Goeleven à consulter en ligne

M. Goeleven intervient aussi dans Espèces, magazine disponible à la BU Sciences  :

  • D. Goeleven, "Dans la gueule du tigre", p. 54-57, Espèces Revue d'Histoire Naturelle, N°20, 2016.
  • D. Goeleven, "Un branché chez les serpents", Espèces Revue d'Histoire Naturelle, p. 6, N°17, 2015.

ESpèces, revue d'histoire naturelle

Photos

  • Photo d'une araignée sociale Anelosimus eximius d'Amazonie pour un documentaire de Daily Planet, Discovery Channel, Canada (Ref. V323478-Ziyology-Socializing-cl, séquence présentée par Ziya Tong).
  • Photo d'un dhole indien dans le livre de J. R. Castelo, Canids of the world (Wolves, Dogs, Foxes, Coyotes and Relatives), Princeton Field Guides, 2017 (sous presse).
  • Photo  d'un  jaguar  du  Pantanal sur  le  site péruvien  de  la  WWF (http://ayudaalplaneta.com/especies/otorongo-o-jaguar)

Pour aller plus loin 

Photo de Daniel Goeleven

Exposition à retrouver en BU Sciences jusqu'au 31 mai -- Prolongement pendant tout le mois de juin !!

 

Le 3 mars : Journée mondiale de la vie sauvage

En 2013, l'ONU a proclamé le 3 mars Journée mondiale de la vie sauvage. Cette date a été choisie pour commémorer l'adoption en 1973 de la CITES, Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, qui a pour but de préserver la faune et la flore sauvages afin que le commerce ne menace pas leur survie. Par exemple, c'est suite à l'adoption de la CITES que le commerce de l'ivoire est devenu illégal.

Petit quizz : dans chacune des deux séries de 5 images ci-dessous, il y a une image qui ne représente pas une forme de vie sauvage. Lesquelles?

La flore :

diver-and-coralforet-de-bois-de-couleurs-des-hautsspring-dandelionsdesert-rosecliffs-near-faisals-pinnacle

La faune :

Ecureuilelephantsharfang-des-neigespenguin-group-smallsheep

A cette occasion, la BU Sciences vous propose d'en apprendre un peu plus grâce à certains documents de notre fonds. N'oubliez pas que si vous ne pouvez vous déplacer à la BU Sciences, vous pouvez faire venir les documents par la navette!

En ligne :

La page web dédiée de l'ONU (en français)

Le site web dédié de l'ONU (en anglais)

Les livres :

En DVD :

Des ebooks :

Réponses aux quizz :

La flore : L'intrus est dans la 4e photo. Cette rose du désert est située dans un jardin cultivé.

La faune : La 5e photo représente des moutons, l'un des premiers animaux domestiqués par l'homme.

Crédits photo :

  • Diver and coral by Chris Davey sous licence CC BY-NC 2.0
  • Forêt de Bois de Couleurs des Hauts by Arnaud Roussiaux sous licence CC BY-NC-ND 2.0
  • Spring Dandelions by elycefeliz sous licence CC BY-NC-ND 2.0
  • Desert Rose by Rene Ortega sous licence CC BY-SA 2.0
  • Cliffs near Faisal's Pinnacle by Peter Dowley sous licence CC BY 2.0
  • Ecureuil by Nicolas sous licence CC BY-SA 2.0
  • Elephants by Nathan Franke sous licence CC BY-NC-ND 2.0
  • Harfang des neiges-3 by Eric Hardouin sous licence CC BY-NC-ND 2.0
  • Penguin group small by Antarctica Bound sous licence CC BY-ND 2.0
  • Sheep by Geof Wilson sous licence CC BY-NC-ND 2.0

Taille-Vent, le pétrel des montagnes, un documentaire (et un jeu vidéo!)

Parce que les Nuits Sans Lumière d'avril se préparent dès maintenant, on souhaitait attirer votre attention sur ce magnifique documentaire vidéo, accessible en ligne :

Taille-Vent, le pétrel des montagnes", un film d'Emmanuel Pons et Serge Montagnan, 2013, à regarder en ligne sur Canal-U. Ou à emprunter en DVD à la BU Tampon. Également disponible sur la chaine Youtube de l'Université de La Réunion.

Avec un montage réussi accessible à tous, le film part de la découverte du Taille-Vent, espèce endémique d'oiseau marin de La Réunion, également appelée "Pétrel de Barau", pour montrer son étude en cours par des chercheurs de l'Université de La Réunion. Nous voici au cœur de la recherche en train de se faire, avec ses instruments, ses questionnements, ses victoires, ses différents acteurs et ses liens forts avec la société.

5 raisons pour regarder la vidéo : parce qu'on y voit...

  1. des chercheurs grimper sur les cimes montagneuses, à la recherche des nids de pétrel, au soleil ou la pluie : splendide!
  2. des citoyens se relayer pour sillonner les espaces lumineux de Cilaos la nuit et repérer des oiseaux en détresse, tombés en vol à cause des lumières : motivant!
  3. des enfants fiers d'ouvrir les bras et voir leur pétrel s'envoler sur l'océan : touchant !
  4. des pétrels duveteux, des pétrels amoureux, des pétrels majestueux en vol
  5. des profs et chercheurs de notre université préférée de l'Océan Indien !

La recherche en action

On découvre le travail sur le terrain de scientifiques confrontés aux aléas du climat et du relief. Il s'agit de repérer les zones de passage, identifier les oiseaux, les mesurer, noter les caractéristiques pour un suivi qui se prolongera sur plusieurs années, à chaque nouvelle rencontre. Mais comment savoir ce que font les pétrels entre ces rencontres ? C'est là qu'intervient la pose d'une balise Argos si l'oiseau est suffisamment grand et en bonne condition : on peut alors suivre son  trajet en direct et observer des zones de prédilection pour le séjour des pétrels, notamment sur les hauts fonds de l'Océan Indien, au sud-ouest (Réunion / Madagascar / Afrique du sud) et bien plus à l'est (en s'approchant de l'Australie).

petrel-re_web

Images de l'excellent site web petrel.re (projet LIFE+ Pétrels)

Des actions citoyennes... et même un jeu vidéo pour sensibiliser le public

L'autre richesse du film, c'est la mise en avant de la participation citoyenne des habitants de La Réunion pour protéger les pétrels : chaque nuit, des volontaires se mobilisent, particulièrement en avril, pour repérer les oiseaux en détresse, les ramasser et leur donner une nouvelle chance. Une station service de Cilaos a ainsi été transformée en point de collecte de pétrels que la SEOR visite régulièrement. Après soin et identification, l'étape finale est le lâchage en pleine nature, au bord de l'océan.  En période haute des chutes de pétrels la nuit, en avril donc, c'est carrément un travail à la chaine qui se met en place pour collecter, soigner, identifier, mesurer, transporter, relâcher.

Autrement dit, La Réunion s'organise et les chercheurs ne sont pas seuls à œuvrer à l'étude et à la protection de ces oiseaux marins : association SEOR, Parc National de La Réunion, enseignants engagés dans des actions scolaires, etc.

petrel_jeu-video_2017-02-28_130520Il y a un même un jeu vidéo spécial Pétrels en développement pour Android (smartphones, tablettes) : il s'appelle Jack Barau et existe en version test pour le moment :

"Cap'tain JACK à la rescouzze !!!
Sauras-tu aider Jack à sauver tous les pétrels? Les lumières, les rats, les chats... ta quête ne sera pas facile... Hissez Ho Moussaillon!"

Les oiseaux de La Réunion vous intéressent ? Sur les pétrels, on vous recommande chaudement le très beau site web petrels.re du programme Life+ Petrels.  Plus largement sur les oiseaux de La Réunion, vous trouverez une mine d'infos, photos, et actus :

Enfin, pour tout savoir sur les Nuits sans lumières d'avril, qui permettent de préserver un environnement nocturne compatible avec la biodiversité (dont nos amis les pétrels!) : consultez le programme ! http://www.nuitssanslumiere.re/

Crédits photos : SEOR, Serge Billard

Des animaux dans vos BU #3 Eloge de la girafe

Suite du tour d'horizon des collections des bibliothèques de l'Université de La Réunion à travers le prisme des animaux. Aujourd'hui, la girafe, cette grande dame qui collectionne les superlatifs.

[Recueil. Costumes européens et orientaux] : [dessin]

[Recueil. Costumes européens et orientaux] : [dessin] Source: gallica.bnf.f

Dans les collections zoologiques de la BU Sciences, on peut découvrir un joli portrait dressé par Jean-Louis Hartenberger dans son ouvrage : Grandeurs et décadences de la girafe (Belin, 2010). Il retrace l'histoire de sa découverte occidentale, notamment via les premiers croquis d'un animal qui semblait encore mythique, puis décrit la physiologie de l'animal et ses perspectives naturelles, dans un environnement mouvant qui ne cesse de perdre en kilomètres carrés.Côté Jeunesse, pour les amateurs de longs cous, vous trouverez par exemple ces albums, entre classiques de la littérature jeunesse (Roald Dahl) et éditions contemporaines. Cherchez la girafe :

girafe_jeunesse

Une girafe se cache dans chaque couverture de ces albums

Tous les goûts sont dans la nature : d'autres albums qui mettent en scène veaux, vaches, cochon... Hérisson, ..le Zèbre. Bonus web : vous êtes-vous déjà demandé comment "fonctionne" une girafe ? comment fait-elle pour tenir droit un si long cou? comment son système cardio-vasculaire achemine-t-il le sang jusqu'au cerveau sans faillir? et la transmission neuronale ?  pourquoi la girafe n'a pas le tournis dès qu'elle relève sa tête ? Réponse dans cet article de "Le monde et nous", un blog de vulgarisation scientifique de la galaxie Café des Sciences:

Le génome de la girafe éclaire les chercheurs sur le cœur humain

 

 

Des animaux dans vos BU #2 : collections Jeunesse

Dans un précédent billet, nous vous parlions des collections naturalistes, utiles aux pratiques des étudiants, des enseignants-chercheurs et des curieux. Voici une autre facette des animaux dans vos bibliothèques : la littérature jeunesse.

Des réponses aux questions pratiques des enfants

Connaissez-vous les collections "Jeunesse" des bibliothèques de l'Université de La Réunion? Destinées aux futurs enseignants qui préparent les concours à l'ESPE, elles proposent des ressources adaptées aux jeunes publics et documentent les évolutions de l'édition imprimée pédagogique. Sur leurs rayonnages, la bibliothèque de Bellepierre, sur le campus de l'ESPE, et pour une moindre mesure la bibliothèque du Tampon, proposent des albums truffés d'animaux.

Animaux_collJeunesse_montage 

Exemple d'exploration de nos collections avec notre moteur de recherche : liste de résultats pour une recherche sur les "ouvrages pour la jeunesse". Repérez les ouvrages qui vous intéressent et faites-les venir dans votre bibliothèque habituelle si vous ne souhaitez pas vous déplacer. Le service est gratuit!

La faune locale n'est pas en reste et c'est à l'Espace spécialisé Océan Indien que vous la trouverez dans des contes issus de Madagascar, des Comores ou de La Réunion : Zépingue le petit tangue, Octavie l'ourite etc., Falume la reine cabri, ou encore les requins, les tortues etc. Vous pouvez naviguer dans cette liste des ouvrages Jeunesse Océan Indien pour vous faire une idée. Nous avons quelques éditions de contes musicaux avec livret et CD audio !

En ligne, vous trouverez divers albums en version numérique sur les plateformes web Cyberlibris et Numerique Premium, accessibles en ligne depuis toute connexion internet avec vos logins numériques habituels.

 

 

Quelques exemples piochés chez Cyberlibris : Un joli mouton, tout rond, tout rond (Judith Hamel, 2011) ou encore le conte maya Le chien et Kakasbal en version trilingue français/espagnol/anglais, ou, pour les plus grands l'histoire du Caïman solitaire qui se pose bien des questions face au pêcheur qui vient de le sauver.

Des études sur la place des animaux dans la littérature jeunesse. Du côté de la recherche en sciences de l'éducation et dans d'autres disciplines, vous trouverez de nombreuses publications scientifiques sur la place et le rôle de nos amies les bêtes dans les ouvrages pour la jeunesse. Quelques exemples :

Enfin, en matière de grands classiques jeunesse, rappelons que Gallica, la bibliothèque numérique nationale de France, propose plus d'une quarantaine d'albums de l'illustre Benjamin Rabier à savourer en ligne, incluant toutes les planches illustrées.

Source : Gallica / BNF

Nuits du 27 et 28 août 2016 : 20e Nuit internationale de la chauve-souris

 

Nuit internationale de la chauve-souris

Depuis 1997, la dernière fin de semaine du mois d'août est consacrée à la Nuit internationale de la chauve-souris dans plus d'une trentaine de pays, de la Scandinavie à l'Afrique du Nord, grâce à la coordination d'Eurobats, l'organisme européen chargé de la conservation des chauves-souris. En France, c'est avec la coordination de la Société française pour l'étude et la protection des mammifères que les manifestations sont organisées.

bats by get down sous licence CC BY-NC-ND 2.0

bats by get down sous licence CC BY-NC-ND 2.0

Les chauve-souris sont le deuxième ordre de mammifères les plus représentés au monde, après les rongeurs. Elles représentent 20% des espèces de mammifères, avec près de 1240 espèces répertoriées. On les retrouve partout dans le monde, sauf dans les régions extrêmement froides, comme les pôles. Elles sont aussi les seuls mammifères capables de voler activement. Les autres, comme l'écureuil volant, ne font que planer. Elles forment l'ordre des chiroptères : "chiro" veut dire main et "ptère" veut dire aile. La membrane de l'aile, le patagium, est tendue entre l'avant-bras et les doigts de la chauve-souris, sauf le pouce, qui est en-dehors du patagium. Ce dernier est composé d'une fine membrane de peau fortement vascularisée et pourvue de nerfs et de muscles. Il est très fragile, mais se régénère très vite.

Bat by Noel Reynolds sous licence CC BY 2.0

Bat by Noel Reynolds sous licence CC BY 2.0

L'ordre des chauve-souris est composé de 2 sous-ordres : les mégachiroptères et les microchiroptères. Les mégachiroptères comportent les plus grandes espèces et se nourrissent pour la plupart de fruits et de nectar. Les microchiroptères incluent les plus petites espèces de chauve-souris et sont pour l'essentiel insectivores. Les plus grandes chauve-souris connues sont certaines espèces de roussettes, comme le renard volant des Philippines, qui peut mesurer 30 cm avec une envergure minimale de 1,50 m. La plus petite espèce connue est la Kitti à nez de porc dont le corps mesure 29 mm à 34 mm et qui a une envergure de 15 cm. C'est aussi le plus petit mammifère connu. Les mégachiroptères se fient davantage à leur vue et à leur odorat pour se déplacer alors que les microchiroptères utilisent l'écholocation. L'écholocation est la faculté d'émettre des ultrasons et de les interpréter pour déterminer la composition de son environnement. Par exemple : repérer où sont les obstacles et les proies. Ou bien les filets des chercheurs...

Fruit bat by huge hume - sous licence CC BY-NC-ND 2.0

Fruit bat by huge hume - sous licence CC BY-NC-ND 2.0

A la Réunion, la chauve-souris est la seule espèce de mammifère endémique. Toutes les autres, y compris le tangue, ont été introduites par l'homme. On y dénombre actuellement 3 espèces. La roussette noire avait disparu au début du 19e siècle, mais une petite population installée dans les Hauts de l'Est a été observée en 2007. La roussette noire mesure environ 1 m d'envergure et a un pelage brun. Elle est endémique des Mascareignes. Cette espèce aime bien se reposer dans les arbres. On soupçonne que cette nouvelle population est originaire de Maurice. On retrouve également à la Réunion le taphien de Maurice. Insectivore, cette espèce de microchiroptère aime bien se reposer contre le tronc des arbres, mais aussi dans les anfractuosités, les bâtiments et les ponts. On peut la voir parfois sur des terrains éclairés la nuit, comme les terrains d'entraînement.  Elle mesure 30 cm d'envergure et a un ventre blanc. On la retrouve en Afrique, à Maurice et à Madagascar. On peut aussi observer le petit molosse de la Réunion. Seule espèce endémique de l'île, elle adore se réfugier dans les grottes, les fissures des falaise et des ravines, ainsi que dans les bâtiments et sous les ponts. Le petit molosse est insectivore et a un pelage brun foncé et une envergure de 20 cm.

Bracken cave bats by Daniel Spless sous licence CC BY-SA 2.0

Bracken cave bats by Daniel Spless sous licence CC BY-SA 2.0

Trois autres espèces de chauves-souris ont habité l'île de la Réunion, mais elles ont aujourd'hui disparu. Le scotophile de Bourbon a été décrit en 1803, mais il n'a pas été observé depuis 1902. La chauve-souris blanche de Bory a été décrite en 1801 et trouvait refuge dans les lataniers rouges. Enfin, la roussette à collet rouge a disparu de la Réunion dans les années 1860 et de l'île Maurice dans les années 1870.

Depuis 2009, certaines observations laissent penser qu'il y aurait deux espèces inconnues de chauves-souris présentes dans l'île, mais il n'y a pas encore eu d'observation directe ou de capture. Si vous êtes curieux, on en parle ici et .

Les chauves-souris ont un rôle important dans l'écosystème. Les frugivores dispersent les graines des fruits. Les nectarivores aident à la pollinisation. Les insectivores peuvent avaler entre le tiers et la moitié de leur poids en insectes chaque nuit, y compris des insectes nuisibles à l'homme ou à l'agriculture.

Elles sont cependant vecteurs de maladies et il vaut mieux éviter de se faire mordre. Ce qui est très simple à faire : il suffit de ne pas les manipuler! Les seules espèces dites vampires n'habitent qu'en Amérique centrale ou du Sud et elles s'attaquent rarement à l'homme.

Pour en apprendre un peu plus sur les chauves-souris, la BU Sciences vous invite à compléter votre lecture grâce à ces quelques ressources.

En ligne :

Articles de Wikipédia sur les chauves-souris en français et en anglais (version plus complète)

Le site de l'organisme Eurobats (en anglais)

Le site officiel français de la 20e nuit internationale de la chauve-souris

Planète chauves-souris, le site spécial du Muséum d'histoire naturelle de Bourges

La page consacrée aux chauves-souris sur le site de la DEAL de la Réunion, avec des pamphlets qui vous en disent un peu plus sur les chauves-souris de notre île

Un livre en open access : Bats in the Anthropocene: Conservation of Bats in a Changing World, Christian C. Voigt, Tigga Kingston, Springer, 2016

En BU (ou à faire venir par la navette dans votre BU) :

Guide des chauves-souris d'Europe : biologie, identification, protection / Wilfried Schober ; Eckard Grimmberger (Delachaux et Niestlé – 1991)

Les chauves-souris : maîtresses de la nuit description, biologie, moeurs, observation, protection.. / Laurent Arthur  ; Michèle Lemaire (Delachaux et Niestlé – 1999)

Les chauves-souris ont-elles peur de la lumière ? : 100 clés pour comprendre les chauves-souris / François Prud'homme (Quae – 2013)

Les chauves-souris de Madagascar : guide de leur distribution, biologie et identification / Steven M Goodman (Association Vahatra diff. Biotope – 2011)

L'encyclopédie des chauves-souris d'Europe et d'Afrique du Nord : biologie, caractéristiques, protection / Christian Dietz ; Otto von Helversen ; Dietmar Nill (Delachaux et Niestlé – 2009)

Faune de Madagascar. 84. Chiroptères / R. L Peterson ; J. L Eger ; L Mitchell (Museum national d'histoire naturelle – 1995)

Écologie acoustique des chiroptères d'Europe : identification des espèces, étude de leurs habitats et comportements de chasse / Michel Barataud  ; Yves Tupinier (Biotope Muséum national d'histoire naturelle – 2014)

Thèses :

Relations hôtes parasites zoonotiques : diversité, aspects évolutifs et implications épidémiologiques. Le cas de la leptospirose dans les îles du sud-ouest de l'océan Indien / Yann Gomard – 2015

Investigations éco-épidémiologiques et génétiques des Lyssavirus et des Paramyxovirus chez les micromammifères du sud-ouest de l'océan Indien / Julien Mélade – 2015

En DVD :

Des chauves-souris et des hommes / Jean-Marie Migaud ; Jon Kalina (Beta production distrib. – 2010)

Le peuple des volcans / Bertrand Loyer ; François de Riberolles (L'odyssée des sciences n°1 Arte éditions – 2012)

Fiction :

Trois petits morceaux de nuit / Rose-Marie Vassallo-Villaneau ; Godeleine de Rosamel (Albin Michel jeunesse – 2006)

Les chauves-souris : roman / Bernard Nanga (Présence africaine – 1995)

Pigeons roses et chauves-souris dorées / Gerald Durrell (Buchet-Chastel – 1984)

BD en ligne :

Pipistrell, les aventures d'une petite chauve-souris rose qui rêve d'être un vampire

Les nouvelles aventures du Rhinolophe, une chauve-souris super-héros qui a quelques difficultés...

Des animaux dans vos BU #1 : pistes naturalistes

Quelques pistes pour le naturaliste qui sommeille en vous.

A l'approche des vacances, les curieux de nature peuvent mettre à profit les collections des bibliothèques pour organiser leurs sorties et leurs observations animalières : si c'est la BU Sciences qui propose le plus grand nombre de guides naturalistes, comme ceux des éditions Delachaux et Niestlé, il ne faut pas oublier que tout ce qui concerne la faune et flore de l'océan indien se trouve dans l'Espace spécialisé Océan Indien de la BU Droit-Lettres. Il peut donc être utile de repérer vos ouvrages dans notre moteur de recherche. Il suffit ensuite de les faire venir dans la BU de votre choix.

ST_animaux_guides

Cliquez sur l'image pour voir la liste de nos guides naturalistes

Parce qu'il n'y aurait pas de guide naturaliste sans illustration, plongez-vous dans l'histoire méconnue de l'illustration naturaliste et mesurez vos talents à l'aune des experts:

BUS_hist-illus-naturaliste

En complément, ou pour ceux qui n'ont pas la chance de partir sur les sentiers, divers ouvrages proposent des chroniques animalières variées ou des portraits naturalistes focalisés sur une espèce en particulier : de la vache au requin, en passant par le bec en sabot, oiseau géant des marais, les araignées ou la girafe. La BU Sciences propose à la fois des éditions de type universitaire et des beaux-livres richement illustrés. Une mention spéciale pour la belle Encyclopédie Bordas "Nature" en 20 volumes.

BUS_chroniquesanimalieres

Vidéos. Autre proposition : profitez de la collection de DVD documentaires de la BU Sciences pour explorer la richesse de la faune (et la flore) des différents biotopes de la Terre comme si vous y étiez : l'excellente série "Planète Terre" de la BBC compile ainsi les meilleures images de plusieurs années d'exploration avec le matériel audiovisuel le plus perfectionné.

La science en marche. Très souvent, le portrait ou la chronique naturaliste est l'occasion d'une remise en contexte des découvertes zoologiques dans les époques et les sociétés qui les ont fait émerger, illustrant une histoire des sciences qui se poursuit toujours. Certains auteurs se sont d'ailleurs spécialisés dans la vulgarisation de la théorie de l'évolution et de la sélection naturelle à partir d'exemples simples célèbres, comme Stephen Jay Gould et le pouce du panda (ou encore le sourire du flamand rose, etc.).

Autres particularités des animaux : l'étonnante histoire des noms d'animaux. Comment les chercheurs les ont-ils attribués? Divers ouvrages documentent cette aventure scientifique :

ST_animaux_histoire

Enfin, en matière de grands classiques, rappelons que Gallica, la bibliothèque numérique nationale de France, propose l'intégralité de l'Histoire naturelle des animaux de Buffon à savourer en ligne, incluant toutes les planches illustrées.

Vous voilà parés pour des vacances en pleine nature !

Image : Robert G. Daigle (licence CC BY)

Coup d’œil sur l'herpétofaune malgache : exposition en BU Sciences

2016-06-08_164503

Faites un voyage visuel avec l'exposition photographique de Vincent Prémel, étudiant de l'Université de La Réunion et photographe naturaliste : "Au cœur de l'endémisme en forêt primaire malgache (région d'Andasibe)".

Furcifer_red

Retrouvez-vous nez-à-nez avec le Calumna malthe ou avec la nouvelle espèce de Calumna, découverte l'année dernière.

Fermez les yeux et entendez le chant de la Boophis sibilanus, ou le "toc toc toc" de la Spinomantis phantasticus.

Venez étudier les mœurs des Platypelis barbouri et laissez-vous surprendre par le gecko satanique à queue en feuille !

Retournez au temps des dinosaures avec le Brookesia superciliaris.

Retrouvez-vous face à un boa aurantiaca et découvrez la Mantella baroni, la Boophis pyrrhus, la Boophis luteus etc.

Laissez-vous porter par cette invitation au voyage qui fleure bon les vacances prochaines...

greverte_red

Espérons que ces photographies (quinze en tout) ne soient pas les derniers témoins de populations qui ne cessent de décroître ou qui sont en danger d'extinction. Pour connaître la situation de chaque espèce, cliquez sur le lien qui mène à sa fiche "Liste Rouge" de l'UICN.

Retrouvez Vincent Prémel sur son site web et sa page Facebook. Vous pouvez aussi le suivre sur sa chaîne Youtube ou sur son compte Twitter.

serp_red

Après être passée par les locaux de l'UFR de Sciences, l’exposition est aujourd'hui visible à la BU sciences du campus Moufia jusqu'au 30 juin (du lundi au vendredi de 8H à 19H et le samedi de 8H à 12H).

Un grand merci à Catherine Tourrand (UFR Sciences) et à Karine Vandersteen (SUAC) qui ont préparé l'exposition.

Bonne visite!

19 février : Journée internationale de la baleine

Longtemps chassée pour le commerce, la baleine est protégée par un moratoire depuis 1986. Seules certaines communautés aborigènes, dont la survie dépend de la chasse ancestrale à la baleine, sont autorisées à la chasser, dans les quotas imposés. Certains pays, notamment le Japon et la Norvège, contournent le moratoire.

Devinette. Le terme baleine est parfois utilisé à tort pour désigner les gros animaux des mers. Dans les images ci-dessous s'est glissé un intrus : saurez-vous le trouver?

baleine01baleine2  baleine3baleine4baleine5

La BU Sciences vous propose d'en apprendre plus sur les habitants des profondeurs à l'occasion de cette journée.

A consulter en ligne :

  • Le site de la Commission baleinière internationale (en anglais)
  • Le site baleinesendirect.org, qui permet de suivre l'actualité des baleines, et des autres mammifères marins, créé par le Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins basé au Québec.
  • Globice.org, le site du Groupe local d'observation et d'identification des cétacés de l'île de la Réunion

Des livres à emprunter à la BU Sciences (ou à faire venir dans votre bibliothèque si vous préférez)

Des DVD à emprunter :

Des livres disponibles à l'Espace Océan Indien :

Réponse à la devinette : L'intrus est sur la dernière photo. La première représente une baleine bleue. La deuxième est un cachalot. La troisième nous montre une baleine à bosses et son petit. La quatrième est un épaulard (ou orque). La dernière représente un requin-baleine.

Retrouver aussi sur Scoopit notre précédente sélection "Baleine et Cie" scoopit baleines copie d'écran

Crédits :

  • blue-whale / janeb13 sous licence CC0 Public Domain
  • Sperm Whale (Physeter macrocephalus) / Gregory "Slobirdr" Smith sous licence CC BY-SA 2.0
  • Baleine à bosse et son baleineau / Eric Hauchecorne sous licence CC BY-NC 2.0
  • Terre Adélie-2010-2 / Dominique Génin sous licence CC BY-NC-ND 2.0
  • M0023986 / Philippe Guillaume sous licence CC BY-NC 2.0

En savoir plus sur... Le mangeur et l'animal

BUS_mangeur-animal_201511_DSCN6551 Paru en 1997 dans la collection "Mutations/Mangeurs" des éditions Autrement, "Le mangeur et l'animal" interroge les liens nouveaux entre production et alimentation. Cet ouvrage collectif transdisciplinaire réunit professionnels techniciens et chercheurs en sciences sociales (agronomes, vétérinaire, historiens, philosophe, sociologues...) pour faire le point sur l'animal mangé, dans des chapitres courts et éclairants. Les  grilles de lecture sont variées : pratiques d'élevage et traditions agricoles, mutations des modes alimentaires, bien-être animal, contradictions du consommateur.


Les plus :
ouvrage court, accessible, qui remet en perspective une pratique agricole encore récente, loin des clichés de rupture, entre un avant idéalisé et un après intensif et médiocre (malbouffe), loin des oppositions éleveurs / animaux / consommateurs.
Remarque : l'ouvrage date un peu et se concentre sur les bovins. A compléter, si le sujet intéresse, par des ouvrages plus récents (et souvent plus spécialisés autour d'un animal, d'une technique, ou d'une approche particulière : cf. références plus bas)

Pour vous donner envie de découvrir le sujet et d'explorer les rayons des bibliothèques (y compris virtuels, cf. plus bas), nous partageons ici quelques notes de lecture.

Des repères historiques. Le bœuf (bœuf, vache, veau) a longtemps été considéré comme un "mal nécessaire".  C'est un adjuvant certes utile aux travaux mais il consomme de l'espace et des céréales. On lui réserve alors les mauvais pâturages et les faibles rations (XVI-XVIIIe, p.13). Quelques tentatives agronomiques d'amélioration des espèces, par la nourriture, par le croisement génétique, commencent à attirer l'attention sur la valeur de l'élevage (fumier, engrais, lait et autres débouchés). Les transports, la spécialisation des races bovines suivant le terroir et la transition démographique participent d'une "révolution pastorale" où l'élevage peut devenir une fin en soi (XIXe). La distinction des élevages (lait/viande, veau/adulte) intervient ensuite et connait d'intenses développements jusqu'à la crise du lait et l'introduction des quotas en 1984. Les pratiques intensives qui font actuellement l'objet d'un questionnement sociétal apparaissent ainsi davantage dans la continuité d'une histoire récente que dans une rupture avec un passé pastoral mythifié.

Mikmozart_Milk_CC-by_640_e17320088301_eb1edb5cfa_z

Espaces et traditions. En matière d'élevage, on oppose souvent une France du Nord, plus avancée, à une France du Sud (p.98). Par delà les questions de climats, de sols ou de densité de population, l'ouvrage permet de découvrir aussi l'influence majeure des traditions héritées des "deux grandes poussées de l'agriculture néolithique". Schématiquement : une France du nord davantage liée à la "vague danubienne" de la culture de céréales, sur des sols plus limoneux, associée à la fermentation/distillation (boissons alcoolisées) et à la viande ; en contraste, la "vague méditerranéenne", profitant des techniques horticoles du Moyen et du Proche Orient, favorise une France du sud portée sur le mix agricole de pratiques nécessitant des soins particuliers comme les cultures arbustives (olivier, raisin) ou maraîchères (irrigation) associées aux céréales et aux petits animaux (moutons, chèvres).

withwind_steak_cc-by-nc_6851075398_a2f86c3131_m

Démographie et peuplement. L'histoire d'une hausse progressive de l'alimentation carnée couplée au développement économique apparait également nuancée lorsque le chercheur s'attarde sur les temps longs. On apprend ainsi que la viande était déjà au cœur des pratiques alimentaires de l'Europe du Moyen-Age des années 1350-1550 après les grandes vagues de pestes et guerres (moins d'hommes, plus de bêtes) avant de connaître une importante régression lorsque les populations retrouvent leur dynamisme (la noblesse s'arrogera alors les privilèges de la chasse). (p.97) Au XIXe, la montée de la viande dans les assiettes semble finalement surtout venir de la transition démographique campagne / ville : les ruraux rejoignent les villes, où, grâce aux transports, au maillage du réseau de circulation des bêtes, au goût des citadins aussi, l'approvisionnement en viande est continu. Plus d'hommes dans les villes, plus d'accès à la viande, plus de viande consommée (et une alimentation plus variée, plus riche). Posée comme un "fait urbain" (p.91), la consommation de viande se développe ensuite dans les campagnes par un alignement des pratiques.

Chris Pelliccione_MilkDrop_CC_BY-ND_14901513268_260713efce_z

Viande et symboles. Du côté des pratiques de consommation, les chercheurs confrontent les symboliques de la viande aux évolutions alimentaires. On retrouve ainsi les valeurs de pureté et d'enfance associées au blanc de la chair du veau, tandis que le bœuf évoque le sang, le désir ou les impuretés et les interdits religieux (p.124). "La viande, c'est la force!" dit-on -- c'est aussi un plaisir : non plus seulement réservée aux jours de fête, la gastronomie s'invite dans le quotidien. En plein essor, les médias n'hésitent pas à parler de "désir" et de "libido" (p.110). Et la cuisine s'impose dans les médias : quand Le Monde promeut chaque semaine la "nouvelle cuisine" contre "l'establishment vieillissant et bedonnant de la critique gastronomique", Le Figaro défend, lui, vigoureusement la tradition culinaire dans Le Figaro (p.110). Clairement, certaines sociétés se montrent plus sensibles aux plaisirs de la table, comme la France, que d'autres, comme les anglo-saxons ou les américains chez qui les critiques de la mort animale semblent alors davantage faire écho.

LJ42_veau_CC-BY-NC-ND_600px5722176462_38f3723a6a_z

Industrialisation et souci de l'animal. La mise à mort de l'animal, justement, pose problème : "qui va assumer le geste qui tue ?" interroge le chercheur. En séparant l'acte en divers processus bien identifiés, insensibilisation et saignement, l'abattage industriel dilue les responsabilités et la culpabilité. (p.126). "La mort des bêtes devient une abstraction insaisissable" (Noélie Vialles, citée p.126), toutefois nuancée par le phénomène de ressemblance et de proximité symbolique de certains animaux avec l'homme. Il suffit de voir des images d'abattage (ou entendre les bruits) pour que le malaise renaisse. Voilà qui écorne la mythologie du terroir et des campagnes nourricières, le veau sous la mère...

Autres brèches dans l'image d'Epinal, les nouvelles crises alimentaires : le veau aux hormonse (années 70), la crise de la vache folle (années 90) ou plus récemment les scandales de la viande de cheval dans les lasagnes. Le mangeur réclame des gages : traçage, meilleur étiquetage, labels. Et s'intéresse plus largement au bien-être animal. Si la notion est présente depuis les textes sacrés ou l'Antiquité jusqu'à nos jours, cela témoigne du moins du rôle nouveau des consommateurs dans la chaîne de production carnée. C'est ainsi que la filière porcine s'est adaptée pour produire un porc moins gras ou améliorer la qualité du lait de vache (p.43). Les passerelles existent bien entre bêtes, éleveur et consommateur.

Aller plus loin et références bibliographiques :

Tous les ouvrages sont soit empruntables* soit consultables en ligne. Vous pouvez aussi demander une numérisation pour les thèses et mémoires non disponibles en numérique.
(* emprunt le durée d'un week-end pour les thèses et mémoires).

Images : Couverture du livre Le mangeur de l'animal (photo : Liberto Macarro) | Logo des éditions Autrement | "Milk" de Mike Mozart (licence CC BY) | "Steak", de With Wind (licence CC BY-NC) | "Milk Drop" de Chris Pelliccione (licence CC BY-ND) | "Veau", de LJ42 (licence CC BY-NC-ND)

"Des ailes pour des îles" : expo à la BU du Tampon

Michel_Laurent-Dreux2Peintre-naturaliste, Michel Laurent-Dreux vous propose son travail multi-technique sur bois et papier sur les oiseaux de La Réunion.

Invitation à voir des ailes aux couleurs chantantes qui se posent sur notre île :
Galerie de la BU du tampon du 17 novembre au 18 décembre 2014.

Le vernissage aura lieu le vendredi 21 novembre 2014 à 17h30

Le peintre transmet à tous l'importance de protéger ces êtres vivants.
L'association AFA-Atelier Flor'aile s'emploie à cette mission à travers la promotion des arts qu'elle favorise.

- Pour compléter, voici un lien vers le conservatoire botanique :
http://ileseparses.cbnm.org/index.php/19-actualites/37-michel-laurent-dreux-illustrateur-naturaliste-des-iles-eparses

Pour plus d'informations, contactez Mme Nicole Bonazzi (02 62 57 91 61)
Horaires d'ouverture de la BU du Tampon : - du lundi au vendredi de 7h30 à 18h30
- le samedi de 8h à 12h

Le film : Taille-Vent, le pétrel des montagnes a été primé

Deuxième ex-aequo au festival international du film de chercheurs 2014 à Nancy.

L'espace Océan indien (EOI - rez-de-chaussée de la BU Droit-Lettres) vous propose de prolonger ce beau succès avec la lecture d'ouvrages, d'articles de taille-ventrevues et travaux de recherche.

 

 

 

 

Des revues :
- Le Taille-vent : bulletin trimestriel de la Société d'études ornithologiques de la Réunion (édité par la SEOR de 1997 à 2002). -
Collection présente à l'EOI : cote IOI 2262 du nº 1 (1997) au nº 6 (2000).

- La Lettre d'information de la SEOR (éditée par la SEOR de 2001 à 2003)
Collection présente à l'EOI : cote IOI 2262 du nº 1 (2001) au nº 9 (2003) [Lacunes : nº 2, 6]
- Le Chakouat (nouveau nom de la Lettre d'information - édité par la SEOR depuis 2004)
Collection présente à l'EOI : cote IOI 2262 depuis le n°10 (2004)

Des travaux de recherche :
- Écologie trophique de grands prédateurs marins de l'Océan Indien occidental tropical par l'étude conjointe de la bioaccumulation d'éléments traces et de rapports isotopiques. Thèse rédigée par Jessica Kojadinovic sous la direction de Paco Bustamante
(Thèse de doctorat : Écologie marine : La Réunion : 2006, consultable en ligne)

- Rôle des oiseaux marins tropicaux dans les réseaux trophiques hauturiers du Sud-Ouest de l'océan Indien. Thèse rédigée par Sébastien Jaquemet sous la direction de Chantal Conand et de Henri Weimerskirch
(Thèse de doctorat : Océanologie biologique : La Réunion : 2005, consultable en ligne)

- Description du géosystème des remparts du Grand Bénare, île de la Réunion, à travers la nidification du pétrel de Barau. Mémoire rédigé par Mathieu Lampe sous la direction de Cazes-Duvat Virginie.
(Mémoire de maîtrise : Géographie : La Réunion : 2003)

- Régime alimentaire de trois espèces d'oiseaux marins de la Réunion : le Paille-en-queue à brins blancs, le Pétrel de Barau et le Puffin de Baillon. Rapport de stage rédigé par Frédéric Gigan et Anne-Stéphanie Lebon sous la direction de Matthieu Le Corre
(Mémoire de maîtrise : Biologie des populations et des écosystèmes : Laboratoire d'écologie marine de la Réunion, 2001)

Un ouvrage pour la jeunesse :
- Le pétrel de Noël : tomber sur un bec : conte ornithologique sur un oiseau endémique emblématique de l'île de la Réunion. Texte et illustrations de Stéphanie Dalleau-Coudert.
(Ed. Azalées, 2008)

Des ouvrages généraux dont :
- Faune indigène protégée de l'île de la Réunion (plus une espèce introduite : l'Endormi)  : Un patrimoine naturel à préserver avec une description des oiseaux, des mammifères, des reptiles et des papillons inscrits sur la liste des espèces protégées. Jean-Michel Probst (Éditions Nature & Patrimoine, 2002)

- A photographic guide to birds of the Indian Ocean Islands : Madagascar, Mauritius, Seychelles, Réunion and the Comoros = Guide photographique des oiseaux des Îles de l'Océan Indien. Ian Sinclair, Olivier Langrand & Fanja Andriamialisoa
(Ed. Struik, 2006)

Un CD :
- Voix de la nature de Mayotte : ambiance et guide 43 espèces. Pierre Huguet  (Production : Naturalistes de Mayotte, 2001)

Des articles :
publiés par Patrick Pinet dans des revues comme Marine ornithology (open access)
Voir sa page sur Google Scholar (des liens vous amènent au texte intégral) :
http://scholar.google.com/citations?user=zimo6DsAAAAJ&hl=fr

Extraits du film à voir sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=iyTaIgzunHA

Cognition animale avec vos BU

Nouvelle sélection internet proposée par les BU, entre études et culture-gé, cette fois-ci tournée vers la cognition animale. Au menu : podcast, vidéo en ligne, articles scientifiques, DVD. De quoi découvrir les richesses des ressources documentaires des bibliothèques -- et d'internet !

Retrouvez ce 2e essai de Sel+, les sélections thématiques :

http://www.scoop.it/t/cognition-animale

Cognition et animaux

Si l'idée vous plait de ces sélections vous plait, faites-le savoir dans vos commentaires:-)

 

 

 

Des baleines dans vos BU

BD à bosse, guides d'observation des baleines, articles scientifiques en ligne, actu presse, romans à baleines, DVD, vidéos en ligne... Tout cela est possible en baleines et avec les BU de l'université.

A l'occasion du bilan de la fin de la saison des baleines 2013 à La Réunion, on vous  propose une petite sélection internet spéciale Baleines, entre études et culture gé. Retrouvez ce premier essai de Sel+, les sélections thématiques :

http://www.scoop.it/t/baleines-et-cie

scoopit baleines copie d'écran

Si l'idée vous plait, faites-le savoir dans vos commentaires et partagez-la 🙂

"Chut !" Au zoo aussi on chuchote

On connaissait des papillons chuchoteurs (les pyrales du maïs), ou encore certains écureuils. Voici à présent le premier primate non humain pris en flagrant délit de chuchotement : le pinché tamarin (saguinus oedipus).

Cotton-top Tamarin

"Cotton-top Tamarin", photo par Suneko, licence CC BY-SA 2.0

C'est en situation de danger que ce petit primate a été "enregistré" en train de chuchoter pour donner son cri d'alerte. Seule l'analyse par spectogramme a permis de l'identifier.

Crédit photo : Cotton-top Tamarin, photo par Suneko, licence CC BY-SA 2.0