En savoir plus sur... la 1e réaction en chaîne d'une pile atomique

"CP-1 drawing" - Argonne National Laboratory (licence CC BY-NC-SA 2.0)

Nous sommes le 2 décembre 1942, dans un stade de football américain abandonné de l'Université de Chicago, dans une salle de jeu de raquettes (un sport très proche du squash) située sous les gradins, juste avant le repas de midi. Une structure en bois supporte et maintient en place un empilement de 50 000 briques de graphite, soit 400 tonnes, avec un cœur composé de 6 tonnes d'uranium et 36 tonnes d'oxyde d'uranium. C'est la première pile atomique, ou, comme on l'appelle plus récemment, le premier réacteur nucléaire.

L'équipe de chercheurs, menée par Enrico Fermi, se prépare à essayer d'activer une réaction en chaîne devant des dignitaires et des industriels américains. Un premier test est effectué. Les compteurs de neutrons s'affolent et la courbe d'activité grimpe, grimpe, grimpe... et la barre automatique de sécurité s'active, mettant fin à l'expérience. Elle a été placée délibérément bas. Mais il est l'heure, et Fermi, qui a un horaire strict, décide de faire une pause pour aller manger.

De Marcin Wichary, "Chicago Pile" (licence CC BY)

"Chicago Pile", Marcin Wichary (licence CC BY)

L'expérience reprend après le repas, en relevant davantage la barre de sécurité. Le bruit produit par la pile devient de plus en plus assourdissant. A 15h25, la pile devient critique, c'est-à-dire qu'une réaction en chaîne s'est produite et s'auto-alimente. 28 minutes plus tard, Fermi met fin à l'expérience.

D'après lui, l'activité engendrée dans le cadre de cette expérience n'aurait pas suffit à faire cuire un œuf. Il est intéressant de noter que ce premier réacteur nucléaire ne possède ni système de refroidissement ni écrans de protection. En 1943, le réacteur sera jugé trop dangereux pour être situé dans la ville de Chicago et sera déménagé dans ce qui deviendra plus tard le Laboratoire National d'Argonne.

La construction de la première pile atomique française, Zoé de son petit nom, fut lancée par Frédéric Joliot-Curie, alors Haut Commissaire du CEA. Elle fut abritée au fort de Châtillon et produit sa première réaction en chaîne le 15 décembre 1948 en présence du Président de la République, Vincent Auriol.

Vous pouvez en apprendre plus sur l'histoire du nucléaire avec les ressources suivantes :

Sur Internet :

Dans la BU :

Des livres en ligne :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.