Lire la montagne

À l’instar des très nombreux films et documentaires tournés sur la montagne, cette dernière a également été une source inépuisable d’inspiration pour les écrivains, qu’ils soient romanciers, historiens, photographes, auteurs de BD… De fait, les lecteurs passionnés demeurent confrontés à une, mais ô combien grosse, difficulté : celle de faire un choix dans cette infinité d’ouvrages. Mais il en faudrait plus pour nous effrayer et ne pas oser plonger la main dans les étagères des bibliothèques des refuges qui offrent largement de quoi patienter en cas d’attente un peu prolongée.

Pour lire l'article : Lire la montagne

20 documentaires extras sur la montagne

Si les documentaires sportifs occupent une place originale dans le monde des images, force est de constater que ceux consacrés à la montagne ont, par leur quantité mais aussi leur qualité, la puissance d’une avalanche. Car grâce aux petites caméras, il n’y a plus aujourd’hui une expédition qui s’effectue sans image… pour le plus grand bonheur des spectateurs qui trouvent là des occasions privilégiées de frissonner. Du coup, relever le pari d’une sélection des meilleurs documentaires de montagne est d’emblée voué à l’échec. Mais foi de Sportivore, je ne me laisserai pas pour autant abattre. Et c’est avec enthousiasme que je livre ici un choix aussi arbitraire qu’affectif et volumineux de vingt documentaires de montagne que j’ai classés en trois rubriques : les portraits (Kukuczka, Messner…), les récits d’expédition (Victoire sur l’Annapurna, Meru…) et les déclarations « d’amour » à la montagne (La vie au bout des doigts, Valley uprising…). En priant pour que celles et ceux que j’ai laissés dans l’ombre des projecteurs acceptent mon humble demande de pardon !

Pour lire l'article : 20 documentaires extras sur la montagne

Quand le 7e art rencontre la montagne

À la frontière entre le monde de l’aventure et celui du sport, la montagne a souvent servi de cadre pour de nombreux films. Au point que le cinéma de montagne est aujourd’hui considéré comme un genre cinématographique à part. Un genre qui ne se résume pas au cinéma de décor « en montagne », qui se démarque du film documentaire relatant des faits réels, et où la quête des sommets constitue l’enjeu du film. Un enjeu qui selon les scenarii prend une coloration sportive (Everest), dramatique (La mort suspendue), symbolique (Gabriel et la montagne), poétique (L’ascension), romantique (La petite chartreuse), voire ethnologique (Sept ans au Tibet). Alors posons sac, piolet et crampons pour s’asseoir bien au chaud devant dix beaux films de montagne projetés sur le grand écran.

Pour lire l'article : Quand le 7e art rencontre la montagne

Histoire des "ustensiles" de montagne

Chaussures, crampons, cordes, piolets et pitons. Depuis le milieu du XIXe siècle, l’escalade a progressé au rythme de l’évolution du matériel. Et si à l’origine, l’équipement des alpinistes était plus que rudimentaire, l’apparition de nouveaux objets souleva rapidement des débats houleux : l’utilisation de moyens artificiels en escalade pouvait-elle permettre de favoriser la progression et / ou de mieux assurer la sécurité ? Aujourd’hui, le matériel continue d’évoluer pour atteindre un très haut niveau de technicité. Rétrospective sur l’histoire des « ustensiles » des alpinistes.

Pour lire l'article : Histoire des ustensiles de montagne

Histoire de la montagne au féminin

Écrivons-le d’emblée, les cimes demeurent un territoire encore masculin. Sans doute l’un des derniers bastions d’une virilité que quelques vieux grincheux cherchent à défendre. Pourtant, inutile de savoir soulever des tonnes de fonte pour escalader une montagne ! Il n’en reste pas moins que les femmes ont dû braver bien des préjugés et des animosités pour bouger les pitons et se faire une place sur des parois qui véhiculent des stéréotypes masculins de hardiesse et d’héroïsme. Retour sur une histoire racontée le plus souvent par… des hommes, où les femmes se sont battu pour gravir les montagnes.

Pour lire l'article : Histoire de la montagne au féminin