DIVINES

DIVINES : Suivi de la bioDIVersité et INnovation pour l’acquisition de connaissances des EcoSystèmes classés Patrimoine Mondial de La Réunion

A La Réunion, les documents stratégiques mettent en exergue le caractère exceptionnel de la biodiversité et les besoins de gestion et de conservation de ce patrimoine naturel, récemment labélisé par l’UNESCO. Parmi les fiches actions consacrée à la biodiversité tropicale au service de l’économie du vivant, la S3 rappelle : « La reconnaissance de l’exceptionnalité écologique des Mascareignes impose une gestion spécifique de ce patrimoine unique au monde, au service du développement économique des populations.
Ces milieux uniques, largement défrichés au cours des trois derniers siècles et désormais réduits à un tiers du territoire réunionnais, sont aujourd’hui menacés par de nombreuses espèces exotiques, devenues envahissantes et le changement climatique mettant en péril ces flores insulaires vulnérables ».

Dans ce contexte à fort enjeu pour l’économie du territoire et à forte responsabilité internationale, les acteurs et les décideurs ne disposent pas d’indicateurs précis et
reproductibles de l’évolution de la biodiversité au sein des milieux naturels de La Réunion. Les inventaires disponibles basés sur des listes d'espèces ne rendent pas compte des différents compartiments de la diversité des organismes et des écosystèmes du bien patrimoine mondial ainsi que de leur dynamique.

Afin de répondre aux objectifs et aux ambitions de la S3, de développer des filières
économiques qui reposent sur l’endémicité des espèces de La Réunion et la préservation de leur milieu le projet DIVINES propose de mettre en œuvre les actions de recherche et de développement suivantes :

  • déployer un réseau de dispositifs permanents au sein des différents écosystèmes
    naturels de La Réunion qui fournisse un état de référence pour les opérations de
    restauration écologique, et qui permette un suivi à long terme de la dynamique des écosystèmes,
  • réaliser des inventaires de biodiversité innovants, réunissant dans un même site des technologies récentes d’acquisition de données (protocoles standardisés au plan international, numérisation / bancarisation en temps réel, métagénomique, inventaires couvrant des taxons et des groupes différents (arthropodes, mollusques terrestres, plantes hôtes vasculaires, indigènes et exotiques, épiphytes, micro-organismes),
  • rendre permanent le réseau pour un suivi en temps réel des changements des
    conditions climatiques (P, T, RH) et des ressources biologiques (taux
    d’invasion, niveau d'endémisme),
  • fournir des indicateurs de biodiversité et des cartes de répartition de la biodiversité, de l'endémisme et de leurs relations avec les caractères physiques du territoire (climat, topographie), en utilisant des outils d’analyse spatiale tels que la télédétection et les SIG.

Ces inventaires quantitatifs et durables de la biodiversité vont produire des collectes et des banques de tissus qui serviront de spécimens de référence (voucher) pour les
acteurs impliqués dans la valorisation du vivant (e.g. éco-extraction). Les données
collectées, l’abondance, la répartition spatiale, la diversité phylogénétique des taxons
endémiques de La Réunion seront saisies dans une base de données interfaçable avec
TAXREF et le SINP.

L’analyse de ces données et la modélisation de la distribution spatiale des
espèces permettront de produire de nouveaux outils pour les acteurs locaux en charge de la gestion et de la valorisation des milieux naturels et de transférer ces  connaissances vers les gestionnaires. En particulier, les zones à fort potentiel évolutif, et/ou au risque d’extinction élevé pourront être identifiées et priorisées pour la conservation. Le projet permettra de renforcer l’expertise sur le territoire, de former plusieurs étudiants réunionnais dans le cadre de la préparation de leur master et de leur doctorat, de créer des compétences locales en ingénierie écologique.

Financement : FED-FEDER

Partenaires et bailleurs :