Portraits de bibliothécaires - Nicolas

csm_alarcon-nicolas-trombi_d226299779

La Bibliothèque Universitaire de Droit-Lettres (BUDL) vous propose, via des billets de blog, de découvrir ou redécouvrir son personnel et ses missions.
Vous aviez déjà pu faire la connaissance d'Hélène, Alain et Hassina. Ce mois-ci, c'est Nicolas qui répond à nos questions !

.

Bonjour Nicolas. Peux-tu te présenter ?
Nicolas A. : Bonjour, je m'appelle Nicolas Alarcon et je suis bibliothécaire à la BU Droit-Lettres de l'Université de la Réunion.

La BUDL n'est pas ton premier poste ?
N. : Effectivement. J'ai débuté ma carrière dans les bibliothèques il y a presque 20 ans, en commençant par un stage en bibliothèque municipale, un peu par hasard il faut le dire. Mais cela m'a plu alors je n'ai jamais arrêté ! C'est à l’occasion de ma réussite au concours d’État de Bibliothécaire que j'ai découvert les bibliothèque5362900913_f8fb7b5cde_zs universitaires avec un 1er poste à Angers. On ne pouvait rêver mieux pour débuter : une équipe dynamique et animée d'une forte volonté d'innovation. Ce fut une expérience assez formidable, tant sur le plan personnel que professionnel. Au bout de 6 ans, j'ai demandé à rejoindre les BU de la Réunion où je suis actuellement depuis 2011.

Quelles sont tes missions à la BU Droit-Lettres de l'Université de la Réunion ?
N. : Depuis mars 2016, je suis responsable de l'Espace Océan Indien. Avec l'équipe, nous sommes en train de mettre en place plusieurs projets dans le but de repenser les usages de la documentation spécialisée Océan Indien à l'heure actuelle. L'idée est de mieux connaître nos usagers (leurs habitudes, leurs attentes,...) mais également de valoriser l'espace en lui-même et les collections.nico

Je suis également chef de projet Open Access au niveau de l'Université avec notamment la responsabilité de l'archive ouverte de l'Université de la Réunion : HAL-Réunion. C'est là que nous signalons, et si possible déposons, openla production scientifique de l'Université. Cette mission demande un fort engagement. L'Université de la Réunion c'est 20 laboratoires de recherche et environ 400 chercheurs. Je dois les rencontrer et les convaincre de l'intérêt de ce projet. Cela demande beaucoup de pédagogie et de communication. Il faut aussi être capable de les aider techniquement. C'est un projet qui avance actuellement très bien et c'est très encourageant. Nous réfléchissons maintenant à la suite qui pourrait être le passage en Open Access des revues de l'Université.

Quel est ton quotidien à la BU ?
N. : Mon quotidien c'est surtout beaucoup de contacts avec les enseignants-chercheurs. Des échanges, des démonstrations, de l'accompagnement,...c'est très varié ! De nouvelles questions se posent, comme par exemple la question des données de la recherche qui commence à émerger, et il est important que la bibliothèque soit un interlocuteur privilégié. L'idée est de mettre notre expertise à disposition des chercheurs.

Derrière tout cela, il y a une vraie philosophie de la Science Ouverte avec un esprit de partage et de mise en commun des savoirs. Il me semble important que la science financée par des fonds publics puisse profiter au plus grand nombre.

.C'est ce que tu aimes dans ton métier ?
N. : Effectivement. Mais plus largement, ce que j'aime c'est répondre aux défis qui se posent actuellement dans les bibliothèques. On le constate tous les jours, les usages comme les supports changent. Que faire ? Comment ne pas être "à la traîne" ? Comment faire passer la bibliothèque d'un endroit où l'on doit aller, à un endroit ou l'on a envie d'aller ? Il y a encore tout à faire !nicobasket

Et en dehors de la BU, des passions?
N. : Heureusement oui ! Je pratique le basket depuis l'âge de 13 ans, je n'ai jamais arrêté même si, adulte, c'est plus difficile de trouver des moments pour jouer. En ce moment, je m'entraine avec le SUAPS. Je joue aussi depuis longtemps aux jeux vidéo (RPG, 4X, Simulation, peu importe le type). C'est amusant de pouvoir partager cette passion avec mes enfants maintenant qu'ils sont en âge d'y jouer !

 

N.R : Nicolas tient également le blog professionel Assessment Librarian et vous pouvez le suivre sur Twitter.

 

Crédit photo :
- BibCamp :CC BY BUA
- Open Access (storefront) : CC BY Gideon Burton
- Autres photos, BUDL - SCD La Réunion

Portraits de bibliothécaires - Hassina

Chaque mois, la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres (BUDL) vous emmène à la rencontre des ses bibliothécaires. En septembre vous avez pu découvrir Hélène, puis Alain en octobre. Ce mois-ci, nous vous présentons Hassina, bibliothécaire assistante à la BUDL.

hassport

Bonjour Hassina. Peux-tu te présenter ?
Hassina S. : Bonjour, je m'appelle Hassina et je travaille dans les bibliothèques universitaires depuis plus de 20 ans. J'ai commencé en 1995 comme magasinier à la Bibliothèque Interuniversitaire Cujas à Paris, puis j'ai obtenu ma mutation à la BU Droit de Montpellier.
Souhaitant évoluer professionnellement, j'ai préparé et obtenu le concours de magasinier principal puis, en 2005, celui d'assistant des bibliothèques. J'ai alors été affectée un an à Paris X avant de pouvoir revenir à Montpellier, d'abord en BU Lettres puis en BU Santé.

montpe"J'ai effectué la majorité de ma carrière à Montpellier"

Et aujourd'hui à la BU Droit-Lettres à la Réunion ?
H. : Et oui ! A mi-chemin de ma carrière professionnelle, j'avais vraiment besoin de voir autre chose et j'avais une grande envie de bouger. J'ai même pensé à l'Europe mais avec les enfants cela aurait été plus compliqué. Ce poste à la BU Droit-Lettres est une véritable opportunité ! J'ai toujours rêvé de mieux connaître les outre-mers.

Quelles sont tes missions à la BUDL ?
H. : Je suis responsable du fonds littérature et linguistiqhassbureauue pour les langues françaises et anglaises. C'est un fonds nouveau pour moi mais c'est un défi très stimulant. Je participe également à la formation des étudiants de Licence 2 à la recherche documentaire dans le cadre du C2i. Je travaille aussi avec d'autres collègues sur le projet de réaménagement des collections et des espaces.

hassc2i"Former les étudiants à la recherche documentaire : une mission essentielle"

Tu es arrivée très récemment, en septembre 2016, comment s'est passé ton arrivée ?
H. : Très bien ! Je dois dire que j'ai été extrêmement bien accueillie, tant pas les collègues que par les usagers.hassrayon J'ai été immédiatement mise dans le bain. Il faut dire que j'arrive dans une période de grand changement, la BUDL est en plein chantier de recotation Dewey, nous allons également changer de logiciel de gestion documentaire,...

Il n'y a donc pas de temps à perdre !

.

Quel est l'aspect de ton métier que tu préfères le plus ?
H. : J'aime beaucoup le service public, être auprès des usagers, les aider et les conseiller.

hassacc"J'aime le milieu universitaire"

Quel conseil donnerais-tu à quelqu'un qui souhaiterait devenir bibliothécaire ?
H. : Il faut qu'il aime travailler en équipe, qu'il aime communiquer et partager ses connaissances. Dans notre métier c'est essentiel.

Comment se passent tes premiers mois à la Réunion ? Tu as pu découvccbysherwoodrir un peu l'île ?
H. : Avec les enfants, un nouveau poste et de nouvelles responsabilités et sans voiture (elle est encore en transit), je n'ai malheureusement pas encore pu faire beaucoup de tourisme. On se balade surtout à pied à Saint Denis. Cela me permet de bien connaître cette nouvelle ville et il y a déjà beaucoup d'endroits sympas !

.

Crédit photo :
- Montpellier Place du Nombre d'Or - CC BY Wolfgang Staudt
- Jardin de l'Etat - Saint Denis - CC BY Sherwood
- Autres photos : BUDL - SCD Université de la Réunion

Portraits de bibliothécaires - Alain

La Bibliothèque Universitaire de Droit-Lettres (BUDL) vous propose, via des billets de blog, de découvrir ou redécouvrir son personnel et ses missions.
En septembre, vous avez pu faire la connaissance d'Hélène. Ce mois-ci c'est Alain, magasinier à la BUDL, qui se prête au jeu.

alain1Bonjour Alain, peux-tu te présenter ?
Alain U. :
Bonjour, je m’appelle Alain et je suis magasinier des bibliothèques depuis maintenant 23 ans et actuellement en poste à la BU Droit et Lettres sur le campus de Moufia.

Comment es-tu entré dans le monde des BU ?
A. : C’est un peu un concours de circonstances. A l’origine, j’ai une formation en génie civil. A la fin de mes études et avant de commencer mon service militaire, j’avais envie de voir autre chose. J’ai donc répondu à une offre d’emploi pour travailler pour la BU Sciences de l’Université de la Réunion où j'ai eu la chance de voir ma candidature retenue. Entré par hasard, j’ai eu un vrai coup de cœur pour le métier. J’ai donc décidé de me présenter au concours de magasinier des bibliothèques. J’ai passé les épreuves écrites puis j’ai été convoqué aux épreuves orales. Elles avaient lieu le matin du jour du mon incorporation dans l’armée ! Je m’y suis présenté avant de rejoindre les rangs dans l’après-midi. C’est en cours de service que j’ai appris que j’avais réussi le concours.

Et tu as choisi les bibliothèques ?
A. : C’est cela. J’ai terminé mon engagement puis j’ai rejoint ma première affectation à la Bibliothèque Inter Universitaire de Médecine (BIUM) à Paris. J’y suis resté 8 ans. Là-bas, j’étais essentiellement affecté au service du PEB (Prêt entre Bibliothèques). J’ai finalement demandé ma mutation à la Bibliothèque de la Cour de Cassation car j’avais envie d’un poste où je puisse être beaucoup plus en contact avec le public. J’y suis resté 5 ans puis j’ai pu obtenir ma mutation au SCD de la Réunion.

biu-santc3a9-pc3b4le-mc3a9decine-odontologiemedecine-interieurbibliotheque1

Salle de lecture de la BIUM (à gauche) et de la Cour de Cassation (à droite)

Ce n’est donc qu’après 13 ans à Paris que tu es revenu ?
A. : Oui mais alors quel changement !
Cela n’avait plus rien à voir avec ce quealainrangement j’avais connu des années auparavant ! Je suis revenu en 2006. J’ai découvert l’actuelle BU Droit Lettres, la nouvelle BU Sciences et surtout nous étions maintenant entièrement informatisé ! J’ai été affecté à la BU Droit Lettres, sur le secteur anglais. J'ai par la suite rejoint le secteur Droit où je suis toujours actuellement.

Quelles sont tes fonctions, tes missions au sein de la BUDL ?
alainaccueil
A. : Une part importante de mon travail consiste à accueillir et renseigner le public. Je suis posté entre 3 et 4 heures par jour soit à l’accueil, soit en espace Océan Indien, soit au bureau de prêt du 1er étage.

Pour le secteur Droit j’ai plusieurs missions. J’équipe tous les ouvrages de ce secteur (pose de la cote, de la couverture, etc). Je m’occupe également du rangement des ouvrages en salle. C’est un secteur qui bouge beaucoup, ce qui demande un rangement régulier plusieurs fois par jour.

Je catalogue également les documents du secteur Droit, c’est-à-dire que je vais leur créer des fiches descriptives dans notre catalogue informatique. Cela me permet de suivre la quasi-totalité du parcours des ouvrages de mon secteur. C’est très intéressant et ça explique surement pourquoi je me plais tant dans monCIMG9862 travail.

Je suis également chargé de la réception des livraisons pour tous les secteurs de la bibliothèque. J'adore cette mission car je vois passer entre mes mains tous les ouvrages de la BU. J'aime particulièrement découvrir les nouveautés de l'espace Océan Indien ou encore celles du fonds Histoire-Géographie !

 

En fait, j’ai la chance d'exercer un métier aux tâches très variées et où l’on ne s’ennuie jamais ! Il y a toujours quelque chose à faire, c’est très stimulant !

alain 2Et en dehors du travail, tu as des loisirs ?
A. : Plus jeune j’ai fait beaucoup de cross country et de trail. J’avais d’ailleurs participé au grand Raid. Aujourd’hui, avec la vie de famille, j’ai laissé le trail de côté mais je compte reprendre les entrainements. J’ai très envie de refaire la diagonale !

 

Crédit photo :
- Salle de lecture BIUM : Bibliothèque interuniversitaire de Santé, Paris. Université Paris Descartes
- Salle de lecture Bibliothèque Cour de cassation : cop. Cour de Cassation
- Autres photos, BUDL - SCD La Réunion

Portraits de bibliothécaires - Hélène

La Bibliothèque Universitaire de Droit-Lettres (BUDL) vous propose, via des billets de blog, de découvrir ou redécouvrir son personnel et ses missions.
Aujourd'hui c'est Hélène, magasinier à la BUDL, qui se prête au jeu.

PhotoFrame_1464027167986

Bonjour Hélène. Peux-tu te présenter ?
Hélène F. : Bonjour, je me présente, Mme Hélène Fontaine. Je suis magasinier des bibliothèques au Service Commun de la Documentation de l'Université de la Réunion, actuellement en poste à la BU Droit et Lettres.

Comment en es-tu arrivée à travailler en bibliothèque universitaire ?
H : Travailler en bibliothèque c'est un vrai rêve de petite fille devenu réalité. D'abord stagiaire à la BU Sciences, j'ai obtenu mon 1er poste à l'ancienne BU de la Victoire. Quelques années plus tard j'ai pu rejoindre la BU Sciences au campus du Moufia et c'est en 1995 que j'ai finalement intégré la nouvelle Bibliothèque Universitaire Droit et Lettres. J'y suis depuis sa construction, je l'ai vu naître.

UNIV-Campus-Moufia-0024_600px

« La BUDL […] je l'ai vu naître »

Quel est ton rôle au sein de la BU Droit-Lettres ?
H :Tout d'abord j'assure, avec d'autres collègues, le service public. J'accueille, je renseigne et j'oriente lesIMG_20160523_204543 usagers. J'effectue les prêts et les retours de documents. J'apporte mon aide à la recherche documentaire et à la consultation de notre catalogue en ligne. Je m'occupe également du classement, du rangement et de l'équipement des ouvrages du secteur "Langue et littérature francophone".

En dehors de ces20160523_144839-1-1-1 tâches je suis responsable de l'atelier des petites réparations de la bibliothèque où je travaille en binôme avec un autre collègue magasinier. Nous avons comme mission de réceptionner tous les documents de la Bibliothèque Droit-Lettres et de l'Espace Océan Indien qui sont abîmés dans le but de les réparer. J'aime dire que dans cet atelier nous redonnons une deuxième vie aux ouvrages.

Concrètement comment cela se passe-t-il ?
H : Tout d'abord je vérifie et inspecte l'ouvrage. Je regarde s'il y a des pages manquantes par exemple. Puis je procède à l'effeuillage des pages. C'est une action qui consiste à décoller une à une les feuilles. Ensuite je passe au grecquage. Concrètement cela signifie que je vais scier en quatre ou cinq parties le dos d'un document pour qu'il puisse recevoir de la ficelle et ainsi consolider le bloc de pages. Se succèdent alors les étapes classiques de réparation : passage en reliure, pose de mousse, collage et incorporation des pages de gardes préalablement découpées. Après une nuit complète sous presse, l'ouvrage est prêt pour l'emboîtage et le collage. Enfin je plastifie et étiquète le document si nécessaire.

20160201_162817-220160205_151837-220160201_162840-2

Réparation de l'ouvrage "Une vie de boy" de F. Oyono

Combien de temps cela te prend-il pour ce genre de réalisation ?
H : Cela varie en fonction du volume et de l'ampleur de la dégradation du document. Suivant les cas je passe entre 1h30 et 4h sur le même document. Je traite donc entre un à deux livres par jour. Sans oublier que je ne suis pas affectée qu'à l'atelier reliure et je dois aussi m'occuper de mes autres tâches : service public, rangement, ...
En 2015, nous avons réparé plus de 170 ouvrages pour une valeur marchande de presque 4000 € !

Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un qui voudrait devenir magasinier des bibliothèques ?
H : Aimer les livres, aimer les manipuler. Il faut aussi être patient et avoir la volonté d'apprendre.

Qu'est ce qui te plait dans ton métier ?
H : Plein de choses ! Tout d'abord j'ai soif d'apprendre, et c'est un métier où nous nous formons tous les jours ! J'aime également l'alternance entre tâches intellectuelles et tâches manuelles. Je ne me lasse jamais. J'aime aussi 20160523_150247-1la relation avec nos usagers. J'aime renseigner et satisfaire les lecteurs. Je leur propose volontiers mon aide et je fais mon maximum pour bien répondre à leurs demandes. J'aime aussi prendre soin des rayons dont j'ai la charge, afin qu'ils soient bien rangés et bien classés. C'est important pour le confort des usagers.

Le mot de la fin ?
H : Surtout n'hésitez pas à me solliciter pour vos recherches !

Crédit photo :
- Bibliothèque Droit-Lettres (campus Nord), d'Alain Caryol pour l'Université de La Réunion
- Autres photos, BUDL - SCD La Réunion