85 ebooks Wiley en Santé acquis nationalement

Après une période d'accès national de 6 mois, l'accès offert par la bibliothèque interuniversitaire Santé (BIUS) aux 936 ebooks Wiley s'est terminé. La BIUS a pris en considération l'utilisation générale de ces titres et a sélectionné 85 titres désormais accessibles librement sur la plateforme de l'éditeur Wiley.

Accès : Découvrez la liste des titres et consultez-les directement sur Wiley Online Library.
NB: Connectez-vous avec vos logins numériques habituels, comme pour les autres abonnements de l'Université de La Réunion (UnivRéunion). 

2017-01-18_100121

N'oubliez pas nos autres ressources Wiley : près de 1 400 titres de revues consultables sur la Wiley Online Library.

Et retrouvez la documentation en médecine sélectionnée par la bibliothèque de Santé.

Bonne lecture!

Vos bibliothèques en mode Vacances : hiver austral 2017

Les campus de l'Université de La Réunion sont désormais fermés et les bibliothèques également. Voici toutes les infos pratiques pour vous organiser pendant la fermeture et pour notre réouverture :

Réouverture : le mercredi 16 août, pour toutes les BU (sauf Esiroi). 

Horaires des BU à la reprise en août :

  • NORD BU Bellepierre : du lundi au vendredi de 7h30 à 18h
  • NORD BU Sciences : du lundi au vendredi de 8h00* à 18h00
    Puis reprise des horaires complets 8h-19h le lundi 21/08
  • NORD BU Droit-Lettres : du lundi au vendredi de 8h00* à 19h00
    > *Attention, pour la réouverture du mercredi 16 août, réouverture à 9h, le temps de vérifier tous les espaces et les branchements électriques (Sciences, Droit-Lettres)
  • NORD BU Esiroi : réouverture le lundi 4 septembre.
  • SUD BU IUT et BU Santé : du lundi au vendredi de 8h à 18h
  • SUD BU Tampon : du lundi au vendredi de 7h30 à 18h30

1er samedi ouvert : 2 septembre (BU Tampon, BU Sciences, BU Droit-Lettres)

Rappel : tous les ouvrages empruntés avant la fermeture sont à rendre pour lundi 4 septembre au plus tard ! pensez-y avant d'être en retard !

Pendant la fermeture des BU, plusieurs possibilités s'offrent à vous pour continuer de profiter des ressources documentaires :

On vous retrouve à la rentrée le 16 août 🙂

Image "Winter in Austria" (libre de droit)

Vos bibliothèques en mode Vacances

BU_2016-07-15_161251

Les campus de l'Université de La Réunion sont désormais fermés et les bibliothèques également. Voici toutes les infos pratiques pour vous organiser pendant la fermeture et pour notre réouverture :

Réouverture : le mardi 16 août, pour toutes les BU

  • à 7h30 pour la BU Bellepierre (Nord)
  • à 8h pour la BU Tampon, la BU IUT, la BU Santé et la BU Esiroi (Sud)
  • à 10h pour les BU du Moufia (Nord)

Horaires des BU à la reprise :

  • NORD BU Bellepierre : du lundi au vendredi de 7h30 à 18h
  • NORD BU Moufia : du lundi au vendredi de 8h00 à 18h00 (reprise des horaires normaux 8h-19h le 29/08)
  • NORD BU Esiroi : du lundi au jeudi : 8h-13h / 13h45-17h et le vendredi : 8h30-12h30
  • SUD BU IUT et BU Santé : du lundi au vendredi de 8h à 18h
  • SUD BU Tampon : du lundi au vendredi de 7h30 à 18h30

1er samedi ouvert : 3 septembre (Tampon et Moufia)

Pendant la fermeture des BU, plusieurs possibilités s'offrent à vous pour continuer de profiter des ressources documentaires :

On vous retrouve à la rentrée le 16 août 🙂

Bonne année !

Les bibliothèques de l'Université de La Réunion vous souhaitent une belle et heureuse année 2016. Que cette nouvelle année vous apporte joie et réussite dans vos projets. Nous serons à vos côtés, pour vous accompagner dans vos études et dans vos travaux de recherche. D'ici la rentrée des campus universitaire, voici tout ce qu'il faut savoir pour profiter pleinement à la fois des services offerts par vos BU et de vos vacances.

HelgaWeber_HowToLoseTrackOfTime_CC-By-ND_240

BU fermées du vendredi 18 décembre soir au lundi 18 janvier matin (sauf IUT) : retrouvez dans ce billet les horaires précis, BU par BU.

Pendant la fermeture, on reste ouvert sur internet! Accédez en ligne à toute la documentation numérique de vos bibliothèques avec vos logins ENT habituels : tapez votre recherche dans notre moteur de recherche ou bien explorez notre offre :
Livres en ligne
| Revues en ligne | Annales et mémoires en ligne | Thèses en ligne | ou par thématique

JohnBlyberg_Kindle_CC-BY_big_878x390_jaune JohnBlyberg_Kindle_CC-BY_big_878x390_rouge JohnBlyberg_Kindle_CC-BY_big_878x390_vert

Restez connectés sur Facebook ou Twitter : on vous a concocté une programmation culturelle et scientifique pour profiter agréablement des vacances et du web. Entre actualités insolites, littérature, culture geek, astuces du net et science décalée. Accès :

fb_icon_325x325               twitter

Crédit photo : "How To Lose Track Of Time" de HelgaWebe (licence CC BY-ND) ; variations colorées d'après "Kindle" de John Blyberg (licence CC BY)

Le site web des BU a fait peau neuve

BUWeb_400px

http://bu.univ-reunion.fr

Plus d'actu, plus de visibilité des différentes collections des bibliothèques, et aussi plus pratique avec le moteur de recherche sur chaque page : à tout instant, interrogez notre catalogue pour trouver le livre, la revue, la thèse, etc. qui répond à votre besoin.

N'oubliez pas : les bibliothèques sont ouvertes 24h/24 sur internet. Profitez-en pour pratiquer la lecture numérique pendant la fermeture des campus : presse numérique, livres numériques, ou poursuivez votre travaux avec les bases en ligne et revues scientifiques souscrites par les BU pour l'ensemble des étudiants et enseignants-chercheurs de l'université (et les personnels!).

Energies renouvelables : sélection de livres, dvd et livres numériques

BUS_EnergiesRenouvelables20150529

A l'occasion de la Semaine européenne du développement durable, les bibliothécaires de la BU Sciences de l'Université de La Réunion vous proposent une sélection de livres, livres numériques et dvd sur les énergies renouvelables :

Des livres numériques, à lire en ligne

Des livres

Des DVD :

Des revues à consulter en ligne :

La semaine européenne du développement durable s'est déroulée du 30 mai au 5 juin 2015 (http://www.developpement-durable.gouv.fr/Edition-2015)

 

 

 

Cultures ouvertes du samedi La Compile #web et #littérature

Compilation de nos 3 derniers rendez-vous hebdomadaires autour des "Cultures ouvertes / OpenCulture" proposés le samedi sur Twitter et Facebook.  Sommaire de ce numéro : l'écrivain sur la toile" :

Une série en plusieurs actes, à suivre chaque samedi sur lesdits réseaux cités plus haut 🙂
I : Déambuler : expériences et vagues à l'âme.
II : Remixer : jouer avec les auteurs et les oeuvres.
III : Ecrire : nouvelles pratiques d'écritures ?.

Acte I. Déambuler

Expériences -- d'écrivains ou d'éditeurs --, redécouvertes d'auteurs "classiques", des pistes pour penser l'écriture.

Revenir. "Depuis quelques temps, je reviens sur mes pas."

Marcher. "Marcher dans Google Maps", une expérience proposée par Nicolas Morin, au fil des rues photographiées par le célèbre géant d'internet. On change de texte comme on tourne le coin d'une rue. Copie d'écran du kilomètre zéro, le départ :

nicolasmorin_marche

Arpenter. Brouillon pour un atlas, une belle expérience oulipienne proposée par Michèle Audin

oulipo_atlas2015-03-05_172217

Souffrir, avec Virginia Woolf.

Souffrir, encore, avec Roland Barthes

Habiter, avec François Bon

Habiter, encore : "De Julien Gracq comme un site web"

(repérés sur twitter via @cjeanney et @sergebonnery)

 Ecrire et expérimenter

Ecrire le temps : un magnifique billet sur le temps, le sable, les recettes de cuisine et la "théorie de la formation des dunes mobiles".

Quelques références
Relire Virginia Woolf : en ligne - en papier
Relire Roland Barthes : en ligne (articles scientifiques) - en papier (oeuvre complète)
Oulipo ? demandez à Wikipedia!
Elisée Reclus sur Gallica : textes, images, etc. ("Histoire d'un ruisseau", etc.)

Acte II. Remixer, ou jouer avec les auteurs et les œuvres 

Culture du remix. La culture du remake (ciné), du remix (musique) ou autres mash-up (numérique) n'est certes pas propre au web mais le web s'en fait largement l'écho en accélérant la diffusion des créations hybrides : il invite au partage et invite à la création.

Remixer, ou l'art de faire (re)découvrir les oeuvres et leurs auteurs

FB_ClementileMelois

A la recherche des pépites du web. Certains se spécialisent dans la recherche des trésors ouverts du web...

  • Le blog de Gallica (à compléter par les comptes Twitter, Facebook, Pinterest)
  • The Public Domain Review, pépites des oeuvres libres de droit (textes, images, etc.)
  • OpenCulture, "the best free cultural & educational media on the web", annuaire
  • et plein d'internautes qui signalent au fil de leur navigation internet leurs découvertes.. A retrouver sur les réseaux sociaux (suivez-nous pour en découvrir)

et d'autres disséminent les textes.. ou guettent leur libération !

S'il fallait trouver un point commun entre toutes ces initiatives, il est simple : favoriser la circulation des œuvres pour favoriser leur réemploi (vilain terme désignant au hasard plaisir, connaissance, lecture, partage...) dans le but de favoriser la création. C'est toute la thématique des rendez-vous "Cultures ouvertes" / #openculture qu'on vous propose ici.

Acte III. Nouvelles pratiques d'écritures... et de lectures !

Ecrire avec Twitter. Contraintes et poétique de l'immédiat.

  • Blog d'enseignant-chercheur sur Twitter comme pratique d'écriture

Ecrire en blog. Immédiateté et liberté d'un format libre. Nombreux sont les auteurs qui se sont emparés des facilités de publication en ligne, comme les blogs, pour écrire et proposer leur texte sur internet. Nouvelle temporalité d'écriture, immédiateté (ou pas), intéraction (ou pas), invitation au retour sur soi... Autant de contraintes et de présupposés avec lesquels jouer, autant de libertés à exercer (autopublication, texte illimité, etc.).

  • L'Auto-fictif d'Eric Chevillard (qui fait l'objet de diverses publications imprimées)
  • Trouvez-en un puis tirez le fil des blogs compagnons qu'il propose, et tirez encore.

Ecrire avec Wattpad : facile, par épisodes et avec intéraction. Prolongement des précédents, Wattpad propose une publication immédiate et intuitive, à l'image des grands réseaux sociaux généralistes, avec pour spécialité : les textes par épisodes, ceux que j'écris, que je lis, ou que je partage. Le Skyblog modernisé, en quelques sortes, mais clairement orienté textes. Le succès médiatique du moment : les fan fictions, ou "fanfic" Anna Tod (USA).

source : wattpad

source : wattpad

Les fan fictions. Si l'on peut dater la naissance des "fanfictions" modernes vers la fin des années 60 autour de Star Treck et des fanzines, le phénomène prend un nouvel essor avec les possibilités de création et diffusion numérique : en témoigne le grand succès de la jeune texane Anna Todd et de ses 4 romans tapés et diffusés jour après jour sur Wattpad depuis son smartphone, en hommage au boysband "One Direction". On est loin de l'univers premier de la SF, de usenet et des communautés pré-geeks des années 80. Un tirage à 180 000 exemplaires en France, soit plus que le dernier Houellebecq (source)

Alors, le grand décloisonnement ? Mélanger auteurs, éditeurs, lecteurs. On pense à ces sites web qui décloisonnent et proposent textes, expériences, photos, paroles, et leurs prothèses tangibles (le livre imprimé, l'epub immatériel mais téléchargeable). Comme le Tiers Livre, porté par François Bon, auteur actif sur le net et les réseaux sociaux. On pense à l'expérience proposée par l'éditeur Publie.net / Publie.papier en partenariat avec des auteurs et des bibliothèques : retour sur l'opération #100bibs50epubs.

Intéragir avec l'auteur, est-ce si nouveau ? Commenter, liker, plussoir (+1), répondre, répondre au com', répondre au com du com du com... La revue Le Tigre démontre que cela existait déjà avant : "Le web du XVIIe siècle", un excellent et réjouissant article de Laetitia Blanchi qui commence ainsi : "Parfois je lis de la littérature sur internet". Un régal !

Réinventer le feuilleton ? L'engouement pour les séries (TV) s'affirme aussi en mode texte : après avoir observé le retour du feuilleton journalistique dans la presse magazine (Le Tigre, dès 2008) puis dans la presse quotidienne (la série "Ecocide" du Monde), on constate la multiplication des expériences de diffusion payante d'oeuvre par épisode :

Faut-il alors conclure aux simples effets de modes ou aux réelles innovations ? ... Les deux mon capitaine ! Bien sûr qu'il y a de la stratégie derrière l'engouement pour les feuilletons : la série permet de fidéliser (les chaînes télé l'ont bien compris). Cela dit, par delà le modèle commercial (qui concerne les éditeurs et les plateformes de publication en ligne comme Wattpad, Facebook, les blogs etc.), deux mouvements de fonds s'amplifient, qui parlent de la création aujourd'hui, irrigués par les nouvelles pratiques d'écriture et de lecture. Pour l'auteur, c'est l'écriture web, qui mêle des traditions textuelles éparses (le fragmentaire, le diaristique, le roman, le récit de voyage, l'aphorisme...) en des expériences littéraires qui dépassent le livre : déambulation, esthétique multimédia, etc.

"On vous parlera toujours du « livre », mais longtemps qu’il n’est plus l’horizon unique de notre travail"

Parce qu'elle sert de base au législateur lorsqu'il veut protéger la création littéraire (interdiction des offres illimitées, TVA identique, subvention), la référence unique au livre finit par brider toute création qui s'en affranchit. Le piège est grand d'opposer écriture traditionnelle et écriture web alors qu'en réalité les deux pratiques conversent. C'est l'analyse que développe François Bon dans un texte dense et clairvoyant (dont est extrait la citation plus haut). Pour le lecteur, c'est aussi tout l'enjeu de sa propre identité numérique qui s'exprime à travers l'accumulation affichée de lectures (et de likes). Passeurs des temps modernes, de jeunes booktubers postent sur Youtube leurs coups de cœur de lectures. Facebook a aussi créé son club de lectures. Le web, média de diffusion efficace et viral, est un accélérateur de pratiques : parce qu'il facilite l'accès à des nouveaux acteurs dans le jeu de la création, côté lecture (commenter, intervenir) comme côté écriture (immédiateté, remix, contraintes), il rend parfois la séparation entre les deux bien théorique.

Le développement durable à la BU : livres, dvd, ebooks

Livres et Ebooks sur le développement durable

Livres et Ebooks sur le développement durable

       2015 : année du développement durable

Le développement durable a plus de 20 ans mais il est toujours une préoccupation majeure pour de nombreux acteurs scientifiques et de la vie économique.

 

 

A la BU, vous trouverez de nombreux documents : livres, DVD, livres numériques. Nous vous proposons une sélection de lecture :

Article du Monde : http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/03/16/en-france-une-biodiversite-sous-haute-pression_4591476_3244.html

Photo : Table thématique présentée à la BU Sciences

Conseils de lectures... en STAPS

bibstaps_240

Besoin de conseils de lectures pour vos études ? pensez à votre Bibliothèque ! Vous pouvez demander de l'aide à l'accueil de la bibliothèque, prendre un RDV ou encore poser vos questions en ligne, via info-bu. Pour les STAPS, votre bibliothèque de référence est la BU Tampon.

Pensez aussi aux réseaux sociaux. Pour les STAPS, @bibSTAPS est un compte #twitter ultra performant et réactif, proposé par l'université de Caen. Vous y trouverez régulièrement des conseils de lectures, de l'actu sur les sports et un interlocuteur pour échanger. Bibliographie STAPS à découvrir ici.

Pensez également aussi aux abonnements numériques de l'université qui vous aident à trouver des articles en ligne. Pour les STAPS, vos deux ressources de référence sont Sportdiscuss et Cairn. Vous trouverez plus facilement des lectures pertinentes que sur Google Scholar. Bien entendu, vous pouvez aussi utiliser Google Scholar : dans ce cas, pensez à le connecter avec les abonnements de votre BU pour accéder au texte intégral en 1 clic.

Résumé

Cairn

Cairn

sportdiscuss

Sportdiscuss

Crédits photo : capture d'écran du compte twitter de BibSTAPS, de Cairn, et Sportdiscuss (Ebsco)

Kiosque numérique de l'éducation : KNE en ligne

logo_KNE

Les BU vous offrent l'accès au
Kiosque numérique de l'éducation (KNE)

 

Il s'agit de manuels numériques (manuels élèves) de 5 éditeurs : Hachette, Hatier, Delagrave, Belin et Magnard, du CP au collège et lycée.

Nous vous proposons de tester cette offre à cette adresse : http://www.kiosque-edu.com.elgebar.univ-reunion.fr

Cliquer sur "Mes ressources" pour avoir accès à la liste des manuels consultables en ligne.

Etudiants, donnez-nous votre avis sur ce kiosque à docelec(at)listes.univ-reunion.fr

Découvrez Vocable en version numérique (Anglais, Allemand, Espagnol)

vocable2014-05-15_023621Test proposé jusqu'au 15 juin 2014, accessible ici.

Si vous souhaitez progresser en Anglais, en Allemand ou en Espagnol, vous pouvez tester en ligne Vocable Numérique, qui propose, en plus de la version numérique du magazine Vocable, une plateforme d'apprentissage en ligne avec interviews, exercices et tests de niveau.

Vocable est un magazine bimensuel qui propose une sélection d'articles en langue originale sur l'actualité, de différents niveaux de difficulté : sujets de société, culture (cinéma notamment), sciences et technologies, grands événements. La présence d'un lexique et d'une courte introduction en français en facilite la lecture.

Vocable Numérique est la version web du magazine qui donne accès à plus de 10 0000 ressources enrichies tous les 15 jours en anglais, espagnol et allemand :

  • "Magazine Karaoké" : lecture et écoute des articles, avec la traduction des mots difficiles dans leur contexte par les traducteurs de Vocable.
  • "Conversation Karaoké": débats et interviews en V.O.,  basés sur les thèmes d’actualité du magazine
  • Archives : articles, fichiers audio, vidéos, quiz… accessibles par le moteur de recherche. Vous pouvez rechercher par thème, mot-clé, niveau CECRL ou encore règle de grammaire. (cf. illustration)
  • Tests de niveau Cadre européen (CECRL).
  • En complément pour l’anglais : "Vocable Plus", des quiz de grammaire et de vocabulaire en lien avec les articles du magazine. Et des tests de préparation au Toeic®.
  • Accéder à Vocable numérique via le site web des BU (accès direct ici)
    NB : pour l'instant il semblerait que l'accès hors campus ne soit pas complet : problème pour accéder au quiz notamment. Travail en cours pour y remédier.
vocable_moteur2014-05-15_025419

Trouver des articles ou vidéos par thèmes, niveaux ou règles de grammaires grâce au moteur de recherche

Testez "Vocable numérique" jusqu'au 15 juin

vocable
Nous sommes heureux de vous adresser le lien vous permettant de découvrir la plateforme numérique Vocable jusqu’au 15 juin 2014 : http://www.vocable.fr/numerique

L’accès se fait sans identification, pour un usage anonyme au sein de notre établissement.

 

 

Pré-requis techniques  :

Nous attirons votre attention sur les pré-requis indispensables pour le bon fonctionnement de cette plateforme. Voici la liste des navigateurs compatibles :
-Sur PC, IE version 8 et sup., Chrome version 21 et sup.
-Sur Macintosh, Chrome version 21 et sup.
-Sur Linux, Chrome version 21 et sup.
Il est nécessaire de disposer du plug-in Flash d'Adobe (version 8 et sup.), de haut-parleurs ou d’un micro-casque pour utiliser les ressources audio.

Comment utiliser la plateforme Vocable
La plateforme donne accès à plus de 10 0000 ressources authentiques et interactives, enrichies tous les 15 jours en anglais, espagnol et allemand :

  • Magazine Karaoké  Vocable (lecture et écoute des articles, avec la traduction des mots difficiles dans leur contexte par nos traducteurs professionnels).
  • Conversation Karaoké (débats et interviews en V.O. basés sur les thèmes d’actualité du magazine).
  • Archives (articles, fichiers audio, vidéos, quiz… accessibles par moteur de recherche à partir de différents critères : thème, mot-clé, niveau CECRL et règle de grammaire).
  • Tests de niveau Cadre européen (CECRL).

En complément pour l’anglais :

  • Vocable Plus (quiz de grammaire et de vocabulaire en lien avec les articles du magazine).
  • Tests de préparation au Toeic®.

Bonne découverte des ressources VOCABLE en V.O. !
Envoyez vos avis et commentaires à docelec@listes.univ-reunion.fr

La salle de presse de la BU Droit-Lettres vous propose de consulter l'année en cours des versions papier de Vocable (anglais, allemand, espagnol)

Lire et analyser en automatique toutes les revues en ligne ? Les enjeux du "text data mining"

Crédit photo : Big oil, de jumpinjimmyjava, licence CC-BY-NC,

Avec le numérique, les usages évoluent. La mobilité est l'exemple le plus connu : désormais on peut accéder de partout, au bureau comme chez soi, aux revues en ligne de son université, à ses résultats d'examen, à ses documents de travail partagés, ou encore aux meilleurs scores de son jeu vidéo préféré. L'augmentation exponentielle des capacités de stockage, de calcul et de traitement par l'informatique est une autre révolution : tout est transformable en données informatiques et donc exploitable par des machines. Quoi de plus naturel alors qu'envisager la lecture, l'analyse et l'exploitation automatique de l'ensemble des publications scientifiques ?

Le text data mining et les revues en ligne scientifiques. Le text data mining, également appelé TDM ou fouille de texte, représente à ce titre l'un des nouveaux gros enjeux de nos abonnements de documentation électronique en matière de soutien à la Recherche. Jusqu'alors, les contenus des abonnements étaient lus par des humains. A présent, ils peuvent être lus (et analysés, traités, etc.) par des machines. Ces possibilités de traitement informatique ouvrent de nouveaux horizons pour les chercheurs :

  • croisement des données issues de différents abonnements,
  • élargissement des corpus de recherche des chercheurs,
  • nouvelles méthodologies d'analyses,
  • repérages de tendances "faibles" (peu repérables par des lectures humaines),
  • etc.

C'est pourquoi de nombreux instituts de recherche dans le monde mettent en place des dispositifs techniques de text data mining. C'est d'ailleurs l'un des objectifs de la future "Bibliothèque scientifique numérique" française : la future plateforme web de la BSN devrait proposer des services de fouilles et traitements automatisés sur les contenus numériques souscrits ou achetés par les bibliothèques. Les contrats signés dans le cadre d'ISTEX, destinés à alimenter cette plateforme, incluent les usages TDM.

Côté publications scientifiques, certains grands éditeurs académiques proposent de commercialiser ces usages jugés "supplémentaires" : on parle de nouvelles licences d'abonnement spéciales text data mining, à payer en plus des abonnements classiques. Cela rappelle l'époque où les fournisseurs faisaient payer en plus les "accès hors campus" des étudiants et enseignants-chercheurs des établissements, alors même que c'étaient les universités qui mettaient en place les solutions techniques d'accès distant.

Outre l'aspect financier, certains éditeurs imposent des restrictions qui dénaturent le text data mining. C'est le cas d'Elsevier dans la proposition de licence nationale (qui est toujours en cours de négociation) : l'accès et l'analyse automatisée des publications Elsevier ne serait autorisée que via l'application informatique proposée par Elsevier par tronçon de 10 000 articles maximum à la fois, avec droits de citation en cas de publication des résultats n'excédant pas 350 mots (1). Ou le cas de Springer qui souhaite connaître le détail du projet de recherche avant d'autoriser (ou non) le data mining (3). N'est-ce pas prendre le risque d'un trop grand poids des éditeurs à la fois dans l'orientation des politiques de recherche et dans la connaissance des projets en cours ?

Arguments des éditeurs, enjeux pour la recherche universitaire, vigilance : tout cela est très bien expliqué dans le communiqué Couperin / ADBU sur l'édition scientifique et le text data mining. Le texte appelle à réviser la législation pour protéger ces usages : intégrer les exceptions d'usages pédagogiques et de recherche dans les droits de propriété intellectuelle (cela couvrirait le TDM), en suivant l'exemple de la Grande Bretagne ou la jurisprudence américaine. Il invite également à refuser les restrictions aux TDM. Par delà la technicité du débat, le text data mining apparait comme un révélateur des enjeux actuels de la collaboration entre les acteurs de la Recherche et les éditeurs commerciaux.

  • Accès direct au Communiqué Couperin / ADBU (PDF)
  • Ajout 17/12/2015 : l'excellent blog/carnet de recherche "Introduction aux humanités numériques" propose une introduction claire et détaillée au "Text Mining : quand le texte devient donnée"

Crédit photo : Big oil, de jumpinjimmyjava, licence CC-BY-NC
(1) et (2) Source : le communiqué Couperin / ADBU, page 4 et 5, qui détaille également ses sources.

Ma BU dans Google Scholar (2) Etre alerté par email des nouveaux articles

Suite de la série Ma BU dans Google Scholar. Grâce aux paramétrages expliqués dans l'épisode 1, votre Google Scholar vous connecte directement aux abonnements numériques de l'Université, dès la liste de résultats. C'est le moment de créer vos alertes, pour recevoir par email les nouveaux résultats Google Scholar de votre recherche.

Créer des alertes email Google Scholar

  • Lancer votre recherche dans Google Scholar (1) : par exemple "emotional webdesign". Ce sont les nouveaux résultats de cette recherche qui vont seront envoyés par email, à l'avenir.
  • Dans la liste des résultats, cliquez sur "Créer l'alerte" (2), en bas à gauche :
    GoogleScholar_Etape1_et_2
  • Page de création de l'alerte : ajouter votre email (3), puis bouton "Créer l'alerteGoogleScholar_etape_3
    NB : Vous pouvez choisir combien de résultats vous serons envoyés par email (10 par défaut). Vous pouvez aussi modifier les termes de la recherche, pour affiner ou élargir votre recherche : les résultats correspondants s'affichent en-dessous pour vous permettre de tester votre nouvelle requête.
  • Votre alerte est créée ! Vous recevrez un email à chaque ajout de nouvelles publications dans Google Scholar correspondant à votre recherche.
    Exemple d'email : Google Scholar : exemple d'email reçu

Cas particulier, les alertes de citation

  • Pour être alerté dès qu'un article précis fait l'objet d'une nouvelle citation, il faut se placer sur l'article et cliquer sur le lien de ses citations : "Cité 169 fois"GoogleScholar_Alerte_Citation_1
  • Cela ouvre la page "de résultats" des 169 citations de l'article de départ. C'est la liste des citations actuelles : pour être alerté des nouvelles, cliquer sur le bouton "Alertes", en bas à gauche, comme pour les alertes classiques.

Gérer mes alertes email

  • Revenir en page d'accueil de Google Scholar et cliquer sur "Alertes"GoogleScholar_Alerte_Gerer
  • Vous retrouvez alors l'ensemble de vos alertes emails :
    GoogleScholar_Alerte_Gerer_2_
    NB : Les alertes de citation apparaissent clairement : "citation de documents". A savoir : pour l'instant, les alertes ne sont pas modifiables. Il faut donc supprimer l'alerte de départ puis créer la nouvelle alerte.

A suivre aussi :
Ma BU dans Google Scholar
Les 3 fonctionnalités cachées de Google Scholar (qui pourraient vous intéresser)

En savoir plus

Pour suivre les évolutions de Google Scholar, vous pouvez vous abonner au blog Google Scholar.

Accès hors campus aux documents numériques des BU : quelques précisions

Depuis 2009, les BU proposent leurs abonnements numériques en accès nomade : vous pouvez consulter de chez vous les revues en ligne, la presse en ligne, les thèses numérisées, les ebooks, des bases de données. La connexion se fait via le site web des BU, avec les logins de votre compte numérique Université de La Réunion. Vous pouvez bien sûr continuer de vous y connecter depuis l’université.

Ce que l’on sait moins est que cet accès hors campus est réservé aux membres de l’université : étudiants, enseignants-chercheurs. Les personnes extérieures n’y ont pas droit. Celles-ci doivent donc se déplacer pour s’y connecter depuis l’université.

out of office

Out of Office, de Victor Bezrukov (licence CC-BY-NC)

Pourquoi l’inscription payante des personnes extérieures à la BU ne couvre-t-elle pas ces accès hors campus ?

Nos contrats d'abonnement avec les fournisseurs de documentation numérique réservent l'accès hors campus à la stricte communauté de l'université : étudiants, enseignants-chercheurs. C’est leurs effectifs qui déterminent les tarifs. Les personnes extérieures, même si elles s’inscrivent à la bibliothèque, ne peuvent donc pas en bénéficier. L’inscription permet uniquement d’emprunter les documents physiques et de bénéficier des services de transport des documents (faire venir des documents d’une autre BU). En revanche, il est toujours possible de venir consulter sur place la documentation électronique.

Puis-je demander une exception ?

Aucune dérogation n'est possible sans contrevenir à nos contrats. Certains fournisseurs ont d'ailleurs mis en place des contrôles dans les universités afin de s'assurer du bon respect de cette règle. Par ailleurs, techniquement, les accès hors campus passent par l'annuaire informatisé de l'université : seuls les membres de l'université figurent dans cet annuaire. Il nous est donc, techniquement et contractuellement, impossible de proposer l'accès hors campus aux personnes extérieures à l’Université, même à titre exceptionnel.

Pourquoi ces restrictions ? (version détaillée)

Ce sont les fournisseurs de la documentation électronique qui imposent cette restriction parce qu'ils considèrent les accès distants comme des accès supplémentaires.
Les universités ont dû se battre pour obtenir le droit de proposer leurs abonnements numériques hors campus, donc sans critère spatial. Et cela alors même que ce sont les universités qui ont mis en place et qui gèrent la solution informatique qui permet l'accès distant. Dans certains cas d'ailleurs, l'abonnement avec accès distant coûte plus cher.
En contrepartie, les fournisseurs exigent que cette mobilité soit réservée aux membres de l'université, seuls pris en compte dans le calcul des tarifs. En effet, les tarifs sont basés sur les effectifs de l'université : nombre d'étudiants et d'enseignants-chercheurs. Ils n'incluent jamais les personnes extérieures, même si elles sont inscrites à la BU en « lecteurs extérieurs ».

En résumé, tous les contrats combinent deux modes d'accès :
- accès sans condition spatiale MAIS réservé aux membres de l'université: accès partout pour les étudiants et enseignants-chercheurs
- accès sans condition de statut de l'usager MAIS avec condition spatiale : accès à tous depuis les locaux de l'université

N’est-ce pas un peu anachronique, en matière de documentation numérique, de continuer d’imposer des conditions de lieux ?

Les bibliothèques universitaires partagent cette analyse d'une certaine vétusté anachronique de l'offre de documentation numérique : les enjeux numériques sont indéniables, et surtout, les pratiques mobiles sont désormais devenues la norme – mais, en face, les enjeux commerciaux des fournisseurs et éditeurs demeurent.
Notre travail quotidien est de faire évoluer la situation avec les fournisseurs, afin que la documentation numérique réponde aux nouveaux usages actuels : il en va de l'accès distant mais aussi de la compatibilité avec les smartphones/tablettes, de l'exploitation des données via des applications extérieures, du text data mining, etc. A titre d'exemple pour les accès nomades, à l'heure actuelle, nous n'avons plus qu'un seul fournisseur qui continue de facturer les accès distants en plus. A l'étranger, certains contrats commencent à inclure les usagers inscrits en "auditeur libre". C’est encore très peu le cas sur le marché français (alors qu’il s’agit parfois des mêmes fournisseurs). Les choses évoluent.

Soyez FUN !

Connaissez les MOOCs de FUN ?

logo FUN France Université Numérique

France Université Numérique

FUN France Université Numérique est une plateforme de cours en ligne ouverts à tous, lancée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en octobre 2013 afin de fédérer les projets français de pédagogie numérique. Les cours sont tous conçus par des professeurs d'universités et de grandes écoles. Ils intègrent vidéos, interactions en ligne avec les autres élèves et avec les enseignants, corrections, évaluations. On parle de MOOC en anglais, pour Massive Open Online Courses.

Découvrir FUN : la plateforme française de MOOCs

L'engouement pour les MOOCs 
L’offre mondiale de formation en ligne est en plein essor, partagée entre quelques acteurs commerciaux puissants et les établissements traditionnels de formations (universités, écoles). "Aux Etats-Unis, 80 % des établissements américains mettent des cours en ligne, contre seulement 3 % des universités françaises." Avec FUN France Université Numérique, "les universités comme les écoles ont une plateforme nationale à forte visibilité pour héberger leurs MOOCs et permettre à tous les publics d’accéder à des cours variés et de qualité où qu’ils soient dans le monde." (1) Les enjeux : la réussite étudiante et la formation tout au long de la vie.

Pédagogie numérique : ce que change FUN en France

En France, les universités proposent déjà depuis plusieurs années des ressources pédagogiques numériques, sur diverses plateformes web : vidéos de Canal-U, cours des Universités Numériques Thématiques, cours des IUT. Y compris à La Réunion (2). Par ailleurs, certains enseignements de certaines universités se font exclusivement en ligne, comme le FLE à La Réunion. Avec les MOOCs, et donc avec FUN, il s'agit d'aller au-delà et de proposer un dispositif complet de pédagogie numérique, ouvert à tous. En s'inscrivant au MOOC, on accède à l'univers pédagogique complet du cours : cours et éventuels travaux pratiques, exercices, ressources pédagogiques d'accompagnement, interactions, suivi pédagogique, évaluation.

Les MOOC de FUN en plein essor : quelques chiffres (3)

  • plus de 88 000 inscrits les 3 premiers mois à l'un des 25 MOOCs
  • plus de 3300 inscrits en moyenne par MOOC
  • près de 14000 inscrits au MOOC "Du manager au leader " porté par le CNAM, près de 6000 au MOOC de l’Université Paris Défense "philosophie et modes de vie " et plus de 5000 inscrits au MOOC de Sciences Po Paris "Espace mondial"
  • 86% des inscrits sont en France, 7% en Afrique et 5% issus du continent américain.

Notes
(1) (3) Citation et chiffres. Source : communiqué de presse France Université Numérique
(2) Ressources pédagogiques produites ou co-produites par l'Université de La Réunion
- sur la vidéothèque Canal-U : les vidéos de l'Université de La Réunion
- sur l'UNT des sciences humaines, UOH : le cours Introduction aux discours coloniaux
- sur l'UNT Sports et Santé, UV2S : le cours Physiologie de l'exercice
En savoir plus : DSIUN

Numérisation : appel à projets

BSN

 

 

 

La Bibliothèque Scientifique Numérique (segment BSN5) lance pour la deuxième année consécutive un appel à projets pour la numérisation des données de la Recherche à hauteur de 500 000 €  pour rendre accessible et valoriser le patrimoine scientifique de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Vous pouvez prendre connaissance du bilan de l'appel à projets 2013, qui a remporté un vif succès et suscité de nombreuses candidatures de qualité. A l'issue de l'appel, 16 projets ont été retenus pour un financement total de 650 000€.

J-35 avant le séminaire Vivaldi, aiguisez vos connaissances pour être au top !

images 2Les Bibliothèques de l'Université vous proposent une sélection d'ouvrages et d'articles sur le thème du numérique à l'Université pour que vous soyez fin prêts pour le séminaire  Vivaldi qui aura lieu les 18-20 juin à l'Université de La Réunion.

Durant le mois de juin, profitez-en pour affiner vos connaissances.
Par la lecture d'ouvrages disponibles au SCD :

Par la lecture d'articles de périodiques disponibles dans les bases de données du SCD :

images 6

En explorant la sélection de sites internet des bibliothécaires pour trouver des conférences, des colloques et des cours en ligne des universités françaises grâce aux Universités Numériques Thématiques ( UNT) :

  • Economie-Gestion : AUNEGE = Association des Universités pour le développement de l'enseignement numérique en Economie et Gestion
  • Médecine : UMVF = Université médicale virtuelle francophone
  • Santé et Sports : UNF3S = Université Numérique Francophone des Sciences de la Santé et du Sport
  • Sciences fondamentales : UNISCIEL = Université des sciences en ligne
  • Sciences de l'ingénieur : UNIT = Université Numérique Ingénierie et Technologie
  • Droit et sciences politiques : UNJF = Université Numérique Juridique Francophone
  • Pharmacie : UNSPF = Université Numérique des Sciences Pharmaceutiques Francophone
  • Lettres et Sciences humaines : UOH = Université ouverte des humanités
  • Sport :UV2S : Université virtuelle en sciences du sport
  • Environnement : UVED = Université Virtuelle Environnement et Développement durable

Des projets ont été réalisés par l'Université de la Réunion dans le cadre de ces UNT

En surfant dans les bibliothèques numériques et en consultant les thèses en ligne : http://9741180p.esidoc.fr/rubrique/view/id/36

images 4

Littérature de l'Océan indien en numérique

Classiques Garnier

Désormais, retrouvez les titres et les auteurs du Corpus de la première littérature francophone de l'Océan indien dans Papangue.

Lisez en ligne les textes de Marius-Ary Leblond,  les contes populaires malgaches
ou la poésie d'Auguste Lacaussade

Bonne lecture numérique