Nouveautés ScholarVox : nouveaux livres numériques en Sciences

C'est la rentrée! Les nouveautés arrivent de partout et la BU Sciences vous propose de jeter un coup d'oeil sur une partie de celles proposées par notre base d'ebooks ScholarVox. 

 

Pour accéder aux livres numériques en ligne de la plateforme ScholarVox, connectez-vous avec vos logins numériques habituels.

Généralités :

Paléontologie :

Agronomie :

Biologie :

Mathématiques :

Physique :

Histoire des sciences :

Géologie :

Chimie :

Informatique :

Crédit photo : Cat by Thryn sous licence CC BY-NC-ND 2.0

Un peu d'anglais avec vos vacances? (2/2) Nouveautés Faune, flore et autres sciences de la vie

female cat loves books by - sous licence CC BY-SA 2.0

Dans ce deuxième volet de suggestions de lectures en anglais pour les vacances, les sciences de la vie sont à l'honneur.

Ecologie :

Cet ouvrage aborde des questions écologiques, comme la montée du niveau de la mer ou les espèces invasives, pour expliquer pourquoi les questions écologiques nous concernent tous, même si les régions affectées sont loin de nous.

Ce livre fait un point sur les connaissances de l'écologie des déserts : adaptation des plantes et des animaux, interactions entre espèces, la conservation de ce milieu, etc.

Les océans :

Des scientifiques participant à un observatoire des fonds sous-marins ont rassemblé dans ce livre des photographies des profondeurs sous-marines. Il couvre la géologie et la biologie des formes de vie marines qui se regroupent autour des différents reliefs sous-marins.

Cet ouvrage discute de la formation de la croûte océanique, du rôle des océans dans l'apparition de la vie sur Terre et des différentes formes de vie océaniques.

Parcourez ce guide pour en apprendre plus sur les 57 espèces d'hippocampes qui vivent dans nos océans.

Feuilletez ce livre pour admirer des photos et des illustrations de plus de 500 espèces de requins, dont certaines ont été découvertes si récemment qu'elles n'ont pas encore reçu leur nom scientifique.

Ce livre fait un point très complet sur tous les aspects biologiques des tortues marines : vision, reproduction, physiologie, effet du changement climatique sur les tortues marines, etc.

Les animaux :

Découvrez l'oeuvre d'une primatologue et de ses collègues dans cet ouvrage qui traite de la vie sociale des primates par le prisme de l'intelligence et de la communication.

Le but de ce livre est de démontrer non seulement le rôle essentiel des oiseaux dans les écosystèmes, mais que les services rendus par ces oiseaux ont un impact économique.

Les plantes :

  • Floral mimicry / Steven D. Johnson, Florian P. Schiestl (Oxford University Press - 2016)

Cet ouvrage explore le mimétisme des plantes. Il examine les signaux olfactifs, visuels et tactiles qui permettent d'attirer les animaux pour favoriser leur fécondation. Il s'interroge aussi sur le parallèle avec les stratégies de mimétisme des animaux.

Ce livre, abondamment illustré, explique l'évolution des graines, comment elles fonctionnent et leur utilité pour l'humanité.

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le cocotier et la noix de coco!

Vous verrez comment la découverte et l'utilisation d'une plante peut changer une civilisation. Alors plongez dans ce livre pour découvrir comment 50 plantes ont influencé notre mode de vie, depuis l'aube de l'humanité jusqu'à nos jours.

Les insectes :

Envie de lire une histoire conquête du monde? Empruntez cet ouvrage pour apprendre comment la punaise des lits est repartie à l'assaut des lits partout à travers le globe après avoir beaucoup reculé après la Seconde guerre mondiale.

En plus de vous expliquer les activités des insectes et comment ils ont évolué pour s'adapter aux différents environnements, cet ouvrage vous explique les différents rôles des insectes dans les écosystèmes.

Dans cette biographie, vous apprendrez comment un chercheur allemand, considéré par le régime nazi comme étant juif, a découvert le moyen de communication des abeilles. Vous découvrirez aussi comment ces abeilles ont sauvé ce chercheur des purges du régime allemand.

Taille-Vent, le pétrel des montagnes, un documentaire (et un jeu vidéo!)

Parce que les Nuits Sans Lumière d'avril se préparent dès maintenant, on souhaitait attirer votre attention sur ce magnifique documentaire vidéo, accessible en ligne :

Taille-Vent, le pétrel des montagnes", un film d'Emmanuel Pons et Serge Montagnan, 2013, à regarder en ligne sur Canal-U. Ou à emprunter en DVD à la BU Tampon. Également disponible sur la chaine Youtube de l'Université de La Réunion.

Avec un montage réussi accessible à tous, le film part de la découverte du Taille-Vent, espèce endémique d'oiseau marin de La Réunion, également appelée "Pétrel de Barau", pour montrer son étude en cours par des chercheurs de l'Université de La Réunion. Nous voici au cœur de la recherche en train de se faire, avec ses instruments, ses questionnements, ses victoires, ses différents acteurs et ses liens forts avec la société.

5 raisons pour regarder la vidéo : parce qu'on y voit...

  1. des chercheurs grimper sur les cimes montagneuses, à la recherche des nids de pétrel, au soleil ou la pluie : splendide!
  2. des citoyens se relayer pour sillonner les espaces lumineux de Cilaos la nuit et repérer des oiseaux en détresse, tombés en vol à cause des lumières : motivant!
  3. des enfants fiers d'ouvrir les bras et voir leur pétrel s'envoler sur l'océan : touchant !
  4. des pétrels duveteux, des pétrels amoureux, des pétrels majestueux en vol
  5. des profs et chercheurs de notre université préférée de l'Océan Indien !

La recherche en action

On découvre le travail sur le terrain de scientifiques confrontés aux aléas du climat et du relief. Il s'agit de repérer les zones de passage, identifier les oiseaux, les mesurer, noter les caractéristiques pour un suivi qui se prolongera sur plusieurs années, à chaque nouvelle rencontre. Mais comment savoir ce que font les pétrels entre ces rencontres ? C'est là qu'intervient la pose d'une balise Argos si l'oiseau est suffisamment grand et en bonne condition : on peut alors suivre son  trajet en direct et observer des zones de prédilection pour le séjour des pétrels, notamment sur les hauts fonds de l'Océan Indien, au sud-ouest (Réunion / Madagascar / Afrique du sud) et bien plus à l'est (en s'approchant de l'Australie).

petrel-re_web

Images de l'excellent site web petrel.re (projet LIFE+ Pétrels)

Des actions citoyennes... et même un jeu vidéo pour sensibiliser le public

L'autre richesse du film, c'est la mise en avant de la participation citoyenne des habitants de La Réunion pour protéger les pétrels : chaque nuit, des volontaires se mobilisent, particulièrement en avril, pour repérer les oiseaux en détresse, les ramasser et leur donner une nouvelle chance. Une station service de Cilaos a ainsi été transformée en point de collecte de pétrels que la SEOR visite régulièrement. Après soin et identification, l'étape finale est le lâchage en pleine nature, au bord de l'océan.  En période haute des chutes de pétrels la nuit, en avril donc, c'est carrément un travail à la chaine qui se met en place pour collecter, soigner, identifier, mesurer, transporter, relâcher.

Autrement dit, La Réunion s'organise et les chercheurs ne sont pas seuls à œuvrer à l'étude et à la protection de ces oiseaux marins : association SEOR, Parc National de La Réunion, enseignants engagés dans des actions scolaires, etc.

petrel_jeu-video_2017-02-28_130520Il y a un même un jeu vidéo spécial Pétrels en développement pour Android (smartphones, tablettes) : il s'appelle Jack Barau et existe en version test pour le moment :

"Cap'tain JACK à la rescouzze !!!
Sauras-tu aider Jack à sauver tous les pétrels? Les lumières, les rats, les chats... ta quête ne sera pas facile... Hissez Ho Moussaillon!"

Les oiseaux de La Réunion vous intéressent ? Sur les pétrels, on vous recommande chaudement le très beau site web petrels.re du programme Life+ Petrels.  Plus largement sur les oiseaux de La Réunion, vous trouverez une mine d'infos, photos, et actus :

Enfin, pour tout savoir sur les Nuits sans lumières d'avril, qui permettent de préserver un environnement nocturne compatible avec la biodiversité (dont nos amis les pétrels!) : consultez le programme ! http://www.nuitssanslumiere.re/

Crédits photos : SEOR, Serge Billard

Quelques nouveautés en sciences de la vie et de la nature

La BU Sciences a reçu de nouveaux livres ! Vous pouvez venir les emprunter directement au Moufia ou bien les faire venir dans votre bibliothèque habituelle. Quelques exemples qui viennent compléter nos collections en Sciences de la vie et de la nature:

bus_2016-11-07_hippocampes

Seahorses : a life-size guide to every species, de Sara Lourie
Un livre consacré aux hippocampes : voici un guide d'identification des différentes espèces d'hippocampes bourré d'images en taille réelle. Magnifique et instructif !
> Dispo à la BU Sciences (595 LOU)

 

 

 

Micromonde : Voyage sous l'œil du microscope, de Hergé Congé et François Michel
Ce que nous révèlent les microscopes... Entre photos et anecdotes scientifiques, un bel ouvrage pour découvrir simplement et en images le "regard miscroscopique".
> Dispo à la BU Sciences (574 CON) ou à faire venir dans votre BU

 

Infested : how the bed bug infiltrated our bedrooms and took over the world, de Brooke Borel.

"Comment les punaises de lit ont infiltré nos chambres et se sont emparées du monde", le programme est annoncé. Voici un livre qui retrace le combat (historique ET toujours actuel) des punaises de lit pour agrandir leur territoire, de la conquête de l'Amérique en bateau (le May Flower!), à vos lits et tentes de voyages les plus extrêmes malgré le développement d'insecticides toujours plus puissants. Savez-vous que l'année 2010 avait été déclarée "Year of bed bugs" ? Un exercice de vulgarisation étonnant et richement documenté.
> dispo BU Sciences (594 BOR) ou à faire venir dans votre BU

 

Why birds matter : avian ecological function and ecosystem services 

Une lecture avancée et synthétique des services écologiques rendus par les oiseaux : "valeurs économiques", cycle de pollinisation et dissémination végétale (mer, forêts, etc.), réseaux d'interactions trophiques et services écologiques, aménagements du territoire, etc. Sommaire complet ici.
> dispo BU Sciences (597 WHY) ou à faire venir dans votre BU

 

Why Ecology Matters, de Charles J. Krebs
Toujours aux éditions de l'Université de Chicago, voici un ouvrage bref mais précis qui fait le point sur les enjeux de la crise écologique actuelle. Est-ce si grave que cela que des espèces disparaissent ? Chaque chapitre répond à une question simple avec les dernières informations scientifiques à jour présentées ici à destination du grand public.
> dispo BU Sciences (573 KRE) ou à faire venir dans votre BU

 

Un éléphant dans ma salle d'attente : aventures d'une vétérinaire, de Florence Ollivet-Courtois
Partagez l'expérience d'une spécialiste de la faune sauvage et des animaux de parcs zoologiques à travers le "récit captivant d'une vétérinaire au chevet des animaux sauvages. Prix Jacques Lacroix et Prix Achille Urbain de l’Académie vétérinaire de France".  (source Belin)
> dispo BU Sciences (573 KRE) ou à faire venir dans votre BU

 

bus_2016-11_lep_2016-11-07_135835Atlas des vertébrés : de leurs origines à nos jours, d'Arthur Escher et Robin Marchant.
Vous aviez toujours rêvé de voir un arbre du vivant qui retrace de façon lisible et agréable l'évolution des vertébrés depuis leur apparition il y a plus de 500 millions d'année ? Cet ouvrage est fait pour vous !
>  voir des extraits en ligne
> dispo BU Sciences (576.1 ESC) ou à faire venir dans votre BU

En savoir plus sur... le poisson d'avril

Poisson d'avril - Bernard Laguerre sous licence CC BY-NC-ND 2.0

Poisson d'avril - Bernard Laguerre sous licence CC BY-NC-ND 2.0

Le poisson d'avril, ou Canularichthus aprilis de son plus ancien nom latin, est une espèce de poisson éphémère, à la durée de vie d'un jour au grand maximum. On le retrouve en Europe, en Amérique du Nord, en Russie et au Japon. Les jeunes évoluent plutôt dans des milieux textiles alors que les plus âgés tendent à préférer les milieux médiatiques ou dématérialisés.

Les scientifiques n'ont pas réussi à dater l'apparition de cette espèce. L'explication la plus souvent citée daterait l'apparition du Canularichthus aprilis en 1564, quand le roi Charles IX décida par l'Edit de Roussillon que le début de l'année serait le 1er janvier et non plus le 1er avril. La réforme grégorienne du calendrier (voir notre billet de blog sur le calendrier) harmonisa cette date dans toute l'Europe catholique. Les réfractaires et étourdis recevaient des faux poissons. Mais plusieurs écrits mentionnent le poisson d'avril avant ces dates. Le plus ancien est un poème de Pierre Michault, daté de 1466.

Pourquoi un poisson? Selon l'explication qu'on choisit, ce peut être parce que c'était la période du carême, pendant laquelle il était interdit de manger de la viande et donc la consommation de poisson était plus importante. Une autre explication dit que c'était la période où la pêche était interdite afin de permettre la reproduction des poissons. Ou enfin parce que, lorsque le 1er avril était encore le jour de l'an, les cadeaux étaient généralement composés de nourriture. Or, comme le 1er avril tombait pendant le carême, les adeptes du 1er janvier se sont mis à offrir de faux poissons à ceux qui célébraient encore le 1er avril.

Pour en apprendre un peu plus sur cette mystérieuse espèce :

Le Poisson d'avril sur la base Données d'observations pour la reconnaissance et l'identification de la faune et de la flore subaquatiques (DORIS)

L'article de Wikipédia sur le poisson d'avril

L'explication par l'éditeur La France pittoresque

Retranscription du poème de Pierre Michault dans Bibliothèque françoise ou Histoire de la littérature françoise, de l'abbé Goujet, 1745, 9e tome, p. 351

Pour vivre (ou revivre) le poisson d'avril :

L'internaute.com propose 10 poissons d'avril à imprimer et découper

Des chercheurs du CERN confirment l’existence de la Force par Cian O'Luanaigh, 1er avril 2015

Hatch-Pei réfléchit au téléchargement de sandwich, clubic.com, 1er avril 2009

Gag 1er avril : Interdiction de fumer dans tous les lieux publics, ORTF, 1er avril 1972, sur le site de l'INA

Curiosity : l’étonnante expérience pour tester le sol martien, Sciences et Avenir, 3 avril 2013

Exclusif : le gouvernement envisage de lâcher des pandas géants dans les Pyrénées, France 3 Midi-Pyrennées, 1er avril 2013

Stonehenge Site of First 'Rock' Concert, Science, 1er avril 2013

A emprunter en BU Sciences : Anatomie et biologie des rhinogrades / Harald Stümpke (Dunod – 2012)

En savoir plus sur... la 1e publication de Systema Naturae de Carl von Linné

Carl v Linné - Skara kommun sous licence CC BY 2.0

Carl v Linné - Skara kommun sous licence CC BY 2.0

En 1735, Linné, alors connu sous le nom de Linnaeus, publie la première édition de Sytema Naturae, sive regna tria naturæ systematice proposita per classes, ordines, genera, & species. Dans cette première édition de onze pages, il explique le système de classification qu'il a mis au point. Il divise la nature en trois règnes : animal, végétal et minéral. Les premières espèces sont divisées par la classe, l'ordre, le genre, l'espèce et la variété. Devant la popularité de cette publication, il publiera des éditions de plus en plus volumineuses. La 12e et dernière édition dirigée par Linné, de 1766 à 1768, comportera 2400 pages.

Sa classification repose en partie sur des classifications publiées auparavant par d'autres savants, mais également par des collaborations lors de la publication de Systema Naturae. Sa classification des animaux s'inspire de celle de John Ray, un botaniste anglais du siècle précédent. Un ami de Linné, Peter Artedi, l'aida pour les poissons et certains animaux, tandis que Linné s'occupait plutôt des mammifères, des insectes et des oiseaux. La classification des plantes est inspirée de celle de Sébastien Vaillant, un botaniste français. Devenu professeur, Linné envoya ses étudiants et ses collaborateurs en expéditions autour du globe pour ramener une description, des dessins, voire des spécimens des différentes espèces trouvées.

Linné croyait en la fixité des espèces créées par Dieu, c'est-à-dire qu'elles n'évoluaient pas. L'espèce et la variété n'étaient donc jamais modifiés dans les différentes éditions de Sytema Naturae. Par contre, les trois autres degrés de classifications, étant une construction humaine, pouvaient varier. Par exemple, la baleine passa de poisson à mammifère dans la 10e édition de 1758.

C'est dans cette 10e édition que Linné généralisa le système de nomenclature binomiale, qu'il avait introduit quelques années plus tôt pour les plantes. La classification de Linné ne survécut pas à la découverte de la théorie de l'évolution, mais ce système de nom binomial s'est propagé et est toujours utilisé aujourd'hui. Il est régulièrement mis à jour par le Code international de nomenclature pour les algues, les champignons et les plantes et par la Commission internationale de nomenclature zoologique.

Une dernière chose : saviez-vous que c'est dans Systema Naturae qu'Homo sapiens fut pour la première fois placé dans le même groupe que les autres primates?

Pour en apprendre plus :

En BU :

En ligne avec nos livres numériques, "ebooks" (accessibles avec vos logins ENT) :

19 février : Journée internationale de la baleine

Longtemps chassée pour le commerce, la baleine est protégée par un moratoire depuis 1986. Seules certaines communautés aborigènes, dont la survie dépend de la chasse ancestrale à la baleine, sont autorisées à la chasser, dans les quotas imposés. Certains pays, notamment le Japon et la Norvège, contournent le moratoire.

Devinette. Le terme baleine est parfois utilisé à tort pour désigner les gros animaux des mers. Dans les images ci-dessous s'est glissé un intrus : saurez-vous le trouver?

baleine01baleine2  baleine3baleine4baleine5

La BU Sciences vous propose d'en apprendre plus sur les habitants des profondeurs à l'occasion de cette journée.

A consulter en ligne :

  • Le site de la Commission baleinière internationale (en anglais)
  • Le site baleinesendirect.org, qui permet de suivre l'actualité des baleines, et des autres mammifères marins, créé par le Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins basé au Québec.
  • Globice.org, le site du Groupe local d'observation et d'identification des cétacés de l'île de la Réunion

Des livres à emprunter à la BU Sciences (ou à faire venir dans votre bibliothèque si vous préférez)

Des DVD à emprunter :

Des livres disponibles à l'Espace Océan Indien :

Réponse à la devinette : L'intrus est sur la dernière photo. La première représente une baleine bleue. La deuxième est un cachalot. La troisième nous montre une baleine à bosses et son petit. La quatrième est un épaulard (ou orque). La dernière représente un requin-baleine.

Retrouver aussi sur Scoopit notre précédente sélection "Baleine et Cie" scoopit baleines copie d'écran

Crédits :

  • blue-whale / janeb13 sous licence CC0 Public Domain
  • Sperm Whale (Physeter macrocephalus) / Gregory "Slobirdr" Smith sous licence CC BY-SA 2.0
  • Baleine à bosse et son baleineau / Eric Hauchecorne sous licence CC BY-NC 2.0
  • Terre Adélie-2010-2 / Dominique Génin sous licence CC BY-NC-ND 2.0
  • M0023986 / Philippe Guillaume sous licence CC BY-NC 2.0

Projection : Aires marines protégées dans l'Océan Indien

Aires marines protégées, un documentaire de l'Université de La Réunion, disponible librement en ligne via Canal-U et Youtube.

aires marines protégéesLa Direction des Usages du Numérique de l’Université de La Réunion vous invite à la projection du nouveau documentaire scientifique réalisé par le Service Audiovisuel et Multimédia de l’Université :

 
Mardi 8 décembre 2015 (18h30) à l’amphithéâtre Sudel Fuma, UFR Lettres, Moufia
(Entrée libre)
La projection se fera en présence de l’équipe scientifique, des représentants de la Réserve marine et des réalisateurs du film.
Co-Production : WWF/ Université de La Réunion
Résumé du film : Ce documentaire nous emmène dans un voyage au long cours vers les îles de l’Océan Indien occidental. Il met en lumière la mise en place et le fonctionnement d’Aires Marines Protégées, un  concept initié par la COI depuis 2006.
De l’île Maurice à La Réunion, en passant par Madagascar, les Comores ou encore les Seychelles, découvrez comment les populations locales tentent de poursuivre leurs activités tout en préservant ces éco-systèmes marins menacés.
Nous vous proposons ici de revoir les autres films documentaires à caractère scientifique produits par l’Université : Ils sont accessibles sur la chaine Canal-U :

retrouver certaines de ces vidéos en format DVD à emprunter à l'Espace Océan Indien (rez-de-chaussée de la BU Droit-Lettres-Campus du Moufia)

Cognition animale avec vos BU

Nouvelle sélection internet proposée par les BU, entre études et culture-gé, cette fois-ci tournée vers la cognition animale. Au menu : podcast, vidéo en ligne, articles scientifiques, DVD. De quoi découvrir les richesses des ressources documentaires des bibliothèques -- et d'internet !

Retrouvez ce 2e essai de Sel+, les sélections thématiques :

http://www.scoop.it/t/cognition-animale

Cognition et animaux

Si l'idée vous plait de ces sélections vous plait, faites-le savoir dans vos commentaires:-)

 

 

 

Mascarine Catediana

Dans le cadre de son Observatoire de la Flore et des Habitats, le Conservatoire Botanique National et CPIE de Mascarin vous propose sa base Mascarine Cadetiana (http://mascarine.cbnm.org).

Mascarine Cadetiana II (MCII) est un produit du système d’information Mascarine. Il s’agit d’une application web à forte composante cartographique dans le but d’interroger, d’exploiter et de restituer de l’information sur le thème de la flore et des habitats de la Réunion. Il permet notamment la saisie de l’information floristique.