Semaine du Libre Accès 2017 #3 Diffuser sa thèse sous licence Creative Commons

La semaine de l'Open Access, du 23 au 29 octobre 2017, promeut le dépôt en archives ouvertes dans le domaine de la recherche universitaire.

A cette occasion, on remarquera qu'il est encore anecdotique aujourd’hui, à la consultation de thèses ou travaux de recherche en ligne, de constater qu’elles aient pu faire l’objet du choix d’une licence « Creative Commons » de la part de leur auteur.

C'est pourtant une option pertinente et juridiquement possible pour le doctorant ou le chercheur.

Creative Commons logo on the front of the shirt, par Andy Melton (Flickr/CC)

 

Petit préalable, rappelons ce que sont les Creative Commons. Il s’agit d’une boîte à outil qui supplée le système de protection juridique du droit d’auteur et dans les pays appliquant le droit d'auteir, de Common Law, du ©Copyright – jugé peu souple et inadapté aux usages numériques actuels (copie, réutilisation, modification). Cet ensemble de licences est proposé par l’organisation non-lucrative Creative Commons, animée par des volontaires du web participatif. En guise de résumé, le schéma ci-dessous précise les options possibles, de la plus ouverte (CC0, soit le domaine public ou le copyleft) à la plus restrictive (paternité de la création, non réutilisation commerciale, reproduction sans modification).

 

Les différentes options de licence Creative Commons

A noter que si la licence Creative Commons est purement déclarative (de l'auteur à son lecteur), elle se plie aux articles du Code de la propriété intellectuelle (articles L. 123-1 à 12 et exceptions prévues aux articles L. 132-19 et L. 211-4). C’est principalement sur la cession ou le renoncement aux droits de cession que les licences CC changent la donnent, mais aussi sur le droit moral de l’auteur sur son œuvre.

En 2006, Mathias Klang, responsable du projet Creative Commons pour la Suède prouvait son attachement total à ce système de licences CC, en diffusant sa propre thèse sous licence Attribution-Non commercial-Sharealike 2.5. Autrement dit, il s'agit d'une licence très restrictive, tandis que le contenu de la thèse en lui-même reste sous copyright.

Licence CC apposée sur la page de titre de la thèse de Mathias Klang "Disruptive technology : effects of technology regulation on democracy" (Université de Göteborg)

Sachez, chers doctorants, que si vous n’avez pas envisagé un contrat d’édition commerciale ou une publication en revue scientifique imposant un embargo, vous pouvez diffuser vos travaux sous licence Creative Commons. Il n’y a pas a priori de contradiction avec le dépôt et la diffusion de la thèse dans HAL et son signalement dans Theses.fr et le Sudoc. Logiquement, l’université de tutelle exigera de vous que la thèse ne puisse pas être amendée par un tiers (reproduction et partage à l’identique).

Si certaines universités ont fait le choix d’une incitation forte ou d’une obligation (c’est plus rare), vous êtes libre de définir plus précisément les termes du contrat que vous passez avec votre potentiel lecteur.

Contrat 1 : Paternité - Pas de Modification (toute personne utilisant votre thèse devra mentionner le nom de son auteur et ne pourra ni modifier, ni transformer, ni adapter cette création)

Contrat 2 : Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification (toute personne utilisant votre thèse devra mentionner le nom de son auteur et ne pourra ni modifier, ni transformer, ni adapter, ni utiliser cette création à des fins commerciales).

 

 

Creative Commons est une organisation à but non lucratif qui a pour dessein de faciliter la diffusion et le partage des oeuvres tout en accompagnant les nouvelles pratiques de création à l’ère numérique.

Les thèses dont l’auteur a autorisé la diffusion sur Internet sont accessibles à partir du portail UPhD et protégées par la « licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 3.0 France » (http://creativecommons.org/licenses/by-nd/3.0/fr/ ) et par la licence  « Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France » (http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/fr/) en fonction du choix de l’auteur de la thèse, ou par l’une des six autres licences définies par Creative Commons choisie par l’auteur.

 

En ce qui concerne les travaux universitaires, la licence CC la plus couramment employée est CC-BY-NC-ND : toute personne utilisant l’oeuvre doit mentionner le nom de son auteur. Il est possible de la reproduire et la diffuser librement, mais uniquement dans sa version originale (pas de modification, traduction etc. sans autorisation de l’auteur), et uniquement dans un but non commercial.
Si vous souhaitez favoriser la diffusion de votre thèse, tout en la protégeant au maximum, nous vous conseillons cette option de diffusion. Il vous faudra alors en avertir la Bibliothèque universitaire au moment de votre dépôt, et intégrer la mention de la licence choisie dans tous vos pieds de page.

 

Pour définir précisément les usages autorisés sur son œuvre diffusée sur internet il est recommandé à l’auteur de la placer sous une des licences Creative Commons

 

Pour conclure, les doctorants et les chercheurs ont les mains libres pour choisir un contrat Creative Commons. En effet, tout comme les dispositions juridiques ne peuvent contraindre un doctorant à publier sa thèse sur Internet, elles ne peuvent le contraindre à l'adoption d'une licence Creative Commons (pas plus, qu'en théorie, il ne peut le contraindre au ©copyright). Si une licence CC n'est pas choisie, c'est par défaut que s'appliquera le droit d'auteur (mention "Tous droits réservés"). L'accord de l'auteur devra donc être obtenu pour toute reproduction et représentation. (Code de la propriété intellectuelle, art, L.122- 1).

Il suffit, pour ce faire, de bien définir en amont (et en cohérence avec les règles de l'université de soutenance)  les critères qui présideront à la diffusion de ce travail dans sa version immatérielle et d'en générer la licence CC la plus appropriée.

Expo : Transformations, de Florence Lafleur à la BU Tampon

Les bibliothèques de l'Université de La Réunion sont heureuses de vous faire parvenir votre invitation au vernissage de l'exposition "Transformations" de Florence Lafleur, le vendredi le 27 octobre 2017 à 17h à la Galerie de la BU du Tampon.

Florence LAFLEUR, illustratrice céramiste, nous fait découvrir son univers peuplé de personnages et d'animaux colorés. Retrouvez-la aussi sur son blog d'artiste : http://florencelafleur.blogspot.com

Aujourd’hui est à écrire

La grandeur de l’humain n’est-elle pas qu’il puisse se réinventer chaque jour ?
Chaque jour, nous pouvons faire fi de notre passé, de nos
habitudes, de nos manières. Chaque jour est nouveau, chaque minute nouvelle et chaque seconde reste à écrire. Pourquoi s’encapsuler dans ces moules préétablies qu’ont été notre histoire, notre éducation, nos blessures, nos conditionnements?
Aujourd’hui est neuf, pur, vierge. Aujourd’hui est à écrire.
Chaque jour est à écrire. Vivons notre vie avec la conviction et l’envie de nous réinventer chaque jour

Bio rapide de l'artiste :

Florence Lafleur est une sorcière avec une baguette magique. Elle aime allumer les ampoules dans l’obscurité. Illustratrice céramiste, son univers est un monde de personnages et d’animaux colorés tout en rondeur qui se conjuguent du plus petit au plus grand, du modelage minuscule à la sculpture en passant par le dessin et la peinture. Elle a reçu le Prix Célimène 2009 pour la sculpture “femme mutilation” : la sculpture a été agrandie et coulée en bronze au jardin de l’Etat à Saint Denis dans un jardin de roses dédié aux femmes.

Infos pratiques :

  • Vernissage : vendredi 27 octobre à 17h
  • Exposition : du lundi 23 octobre au vendredi 24 novembre 2017.
  • Lieu / Contact :
    La Galerie de la Bibiothèque Universitaire du Tampon
    Campus du Tampon
    117 avenue du Général Ailleret
    97430 Le Tampon
    Tél. accueil : 0262 57 95 67
  • Horaires : du lundi au vendredi de 7h30 à 18h30 / samedi de 8h à 12h

Semaine du Libre Accès 2017 #2 Actualité des modes de publication scientifique : les preprints

Depuis plusieurs mois, le paysage informationnel scientifique connait un fort développement des plateformes web de preprints. En chimie et sciences de la vie, six archives d'articles librement accessibles en ligne ont ainsi ouvert dans les derniers mois :

 

 

Le mot Preprint, ou pré-publication désigne un article qui n'a pas encore été publié dans une revue mais dont les résultats deviennent publics via un entrepôt en ligne (repository ou encore archive). Ces plateformes web librement accessibles assurent à la fois stockage et diffusion en ligne des articles, comme arXiv.org l'une des premières grandes "archives" ouvertes à la reconnaissance internationale.

Pour faire le point sur les preprints :  Ce court billet de l’excellent blog Redaction Médicale et Scientifique fait le point sur ce mouvement actuel : http://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2017/08/les-archives-ouvertes-de-preprints-se-d%C3%A9veloppent-rapidement.html

Quelques éclairages supplémentaires pour aller plus loin :

Le contexte. Cette appétence des chercheurs pour les preprints, qu'ils en soient les lecteurs ou les auteurs, participe du profond renouvellement en cours des pratiques de publication -- et plus largement d'éditorialisation de la science.

  • L'éditeur de revues n'est plus au centre du système.
  • On peut publier sans revue (archives de preprints, meta-revues, ou encore les réseaux sociaux académiques comme ResearchGate avec de nombreuses incertitudes).
  • On peut s'évaluer autrement : la relecture par les pairs peut par exemple se faire après la publication (post-peer-review), de façon ouverte voire anonyme ou pas.
  • On peut même presque tout lire sur des plateformes pirates (cf. notre billet sur SciHub).

Des plateformes numériques dédiées aux preprints : pour faciliter la création d’entrepôts de preprint, de nouvelles offres techniques se mettent en place. Exemple : un nouveau service en ligne, l’OSF Preprint propose de créer des archives de preprints librement accessibles en ligne, utilisant l’Open Science Framework (gratuit et open-source). On peut également retrouver les différentes archives thématiques sur le site web d’OSF Preprint : en plus des nouvelles citées plus haut, AgriXiv (agriculture), BITSS (méthodologie de la recherche), engrXiv (ingénierie),  LawArXiv (droit),  PsyArXiv  (psychologie), SocArXiv  (sciences sociales), Thesis Commons (theses and dissertations), et  OSF Preprints (toutes disciplines).

Les acteurs des preprints : là encore, nous retrouvons à la fois les acteurs du libre accès, comme le Center for Open Science, et les éditeurs traditionnels, comme Elsevier ou l’ACS.

  • On voit ainsi Elsevier conforter sa présence dans le monde des prépublications avec la création successive de BioRN (juin 2017) et chemRN (août 2017), après son rachat du célèbre réseau de recherche en sciences sociales SSRN (2016) et, tout récemment, le rachat de Bepress (août 2017).
  • Des rachats qui n'ont pas fini de susciter polémique et mécontentements auprès des chercheurs inquiets de la perte d'indépendance de leurs outils de diffusion. En témoigne le lancement ces derniers jours de l'Opération beprexit (pour "bepress exit") : l'université de Penn s'organise pour quitter l'écosystème web des grands éditeurs et se tourner vers des plateformes ouvertes et librement modifiables (open source). Tous les détails sur l'opération beprexit ici

Preprint et rigueur scientifique ? Question fréquente même si le problème ne concerne pas que les preprints, ni plus largement les publications en open access : les articles relus, validés et publiés dans de grandes revues d’éditeurs scientifiques font aussi régulièrement l’objet de critiques voire de dé-publication (on parle de retraction : cf. blog Retraction Watch).

  • Attention, comme pour les revues, il existe des archives de preprints « prédatrices », de mauvaise qualité scientifique : ChemArxiv qui joue sur la ressemblance avec la toute nouvelle ChemRxiv d’ACS en cours de lancement (source ACS)

Droits et éditeurs : Liens entre preprint et la publication chez un éditeur : Pour une liste de maisons d'éditions et de revues utilisant des preprints.

Ajout du 27/10/2017
Vers une reconnaissance des preprints dans les carrières ? "Un collectif français d'institutions déclare que les preprints peuvent être pris en compte dans les CV !" (source : l'excellent blog Rédaction médicale)

Logos des institutions reconnaissant les preprints (même source)

Pour conclure en image, voici quelques logos de plateformes ("archives") de preprints :

Grand Raid 2017 : idées de lecture

  Du 16 au 31 octobre 2017, la BU Tampon propose une sélection d'ouvrages en lien avec le Grand Raid (19-22 octobre)

Sélection de livres et DVD à emprunter :

Et dans la presse. Vous pouvez également suivre l'actualité grâce à la presse, sous format papier ou version électronique :

Sachez que vous pouvez emprunter les N° des revues papier.

Venez à la BU du Tampon pour emprunter ces livres et DVD
(ou demandez-les par la navette)

La BU du Tampon, c'est ici :
Campus du Tampon
117 avenue du Général Ailleret
97430 Le Tampon
Tél. accueil : 0262 57 95 67

Semaine du Libre Accès 2017 #1 Privés de savoir ?

Du 23 au 29 octobre 2017 se déroule la huitième Semaine du Libre Accès (en anglais Open Access Week, ou #OAweek sur les réseaux sociaux). Cette semaine internationale dédiée à la promotion du libre accès aux résultats de la recherche "permet à la communauté scientifique d’en savoir plus sur les bénéfices du libre accès, de partager ses connaissances et ses expériences entre collègues, et de contribuer à la promotion du libre accès" (source).

"Ouvrir pour..?" Logo édition 2017, axée sur les bénéfices concrets du libre accès

Privés de savoir ? Cette vidéo de Datagueule, basée sur des chiffres, explique pourquoi les chercheurs se tournent vers l'open access :

A l'occasion de cette semaine spéciale, nous rediffusons ici nos 3 précédents billets de présentation du libre accès :

A l'Université de La Réunion, le mouvement du libre accès est bien en marche : il l'est depuis 2010 pour les thèses (avec en outre une numérisation rétrospective pour les plus anciennes), quant aux publications scientifiques, le choix a été fait d'une diffusion dans l'archive ouverte HAL.

Retrouvez toutes nos publications sur l'open access et HAL-Réunion ici. 

Idées lecture... écrivains allemands contemporains

A l'occasion du mois de l'Allemagne en octobre, la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres-Océan Indien vous propose quelques suggestions de lecture :

L'auteur retrace à travers neuf nouvelles aigres-douces des épisodes de la vie quotidienne. Ce récit rappelle l'inadéquation de nos relations amoureuses et l'étrangeté de nos existences exprimé par un sentiment de dépression, de désespoir...

  • Der Turm / Uwe Tellkamp (Suhrkamp - 2008)

Cet ouvrage relate la fin la République Démocratique Allemande (RDA), d'un point de vue social et historique jusqu'à la chute du mur de Berlin en 1989.

Ce livre retrace l'histoire bouleversante de trois générations de femmes dans le nord de l'Allemagne, décrit en huit portraits. Un roman sur la mémoire et l'oubli.

Quand deux esprits scientifiques que tout oppose se rencontrent : l'un est un grand explorateur avide de voyages et de découvertes Alexander von Humboldt (1769-1859) et l'autre mathématicien et astronome Carl Friedrich Gauss (1777-1855).

Un jeune critique d'art malhonnête et prétentieux, souhaite être le 1er à écrire une biographie sur le vieux peintre Kaminski avant que celui ci ne décède..

L' auteur s'intéresse en 19 récits à la vie d'une communauté germanophone en Roumanie, après la seconde guerre mondiale.

On découvre dans ce roman, les difficultés matérielles et existentielles de la population à  l' époque de la dictature roumaine sur fonds de trahisons et de disparitions...

Dans un lycée allemand, le jeu malsain de 2 élèves attirés par la violence tourne au drame. Une avocate est chargée d'enquêter sur ces 2 protagonistes...

et d'autres lectures... à découvrir dans vos bibliothèques !

HAL-Réunion : dépôt facilité et nouvelles fonctionnalités

Depuis le 25 septembre, HAL-Réunion propose des améliorations significatives notamment dans la procédure de dépôt de vos publications.

Voici un rapide tour d'horizon de ces nouveautés :

Dépôt simplifié

  • Si vous déposez un fichier ou si vous renseignez le DOI, le formulaire est pré-rempli
    ​ vous faisant gagner un temps précieux​ (vérifier les informations automatiquement ajoutées reste prudent)
  • Le dépôt se fait désormais sur une seule page, avec un système de rubrique​s​ en accordéon qui facilite considérablement la navigation entre les 4 rubriques du dépôt : Fichier, Métadonnées, Auteurs/affiliations et Validation.

  • Seuls les champs obligatoires pour la référence bibliographique sont présentés dans la vue simple ; cochez "vue détaillée" pour faire apparaître tous les champs et options possibles. Vous pouvez fixer ce choix dans les préférences utilisateurs (>Mon Profil > Mes préférences dépôts).
  • Il est possible de signaler une publication à paraitre, en cochant la case correspondante à côté de la date de publication.

Affiliations des auteurs

  • L'affiliation des auteurs est automatiquement calculée à partir d'un nouvel algorithme prenant en compte les métadonnées du fichier déposé et les informations déjà connues de HAL
  • Une seule affiliation d'auteur est maintenant requise pour le dépôt d'un fichier, nous vous recommandons tout de même d'affilier tous les co-auteurs pour un signalement optimal de la publication

Les référents HAL peuvent recevoir des notifications par mail à chaque nouveau dépôt pour lequel leur labo est affilié. Si vous souhaitez ne pas recevoir ces notifications, cliquez sur Mon profil > Mes préférences de mail > Modifier mes préférences de mail > décocher "Recevoir les notifications en tant que référent structure" > Enregistrer

 Notification et propriété de la publication
L'équipe HAL-Réunion de la BU reste à la disposition des chercheurs pour répondre à toutes les interrogations concernant ces nouvelles procédures ou HAL-Réunion en général. N'hésitez pas à nous contacter sur archive-ouverte@univ-reunion.fr

Sélection ebooks sur la gestion globale des entreprises et des administrations

- https://www.flickr.com/photos/97481684@N08/9365641519

Vous préparez une licence, un master ou vous souhaitez acquérir et enrichir vos connaissances concernant la gestion globale des entreprises et des administrations :

Voici une sélection d’ouvrages numériques (e-book) récents à feuilleter sur les thèmes du Marketing,  de la Gestion des Ressources Humaines, de la Santé et du Bien-être au travail, consultables à distance grâce à vos identifiants étudiants, à partir de la base en ligne ScholarVox (ex Cyberlibris) !

Marketing

Gestion des Ressources Humaines

Santé et  Bien-être au travail

N’hésitez pas à élargir vos recherches en Economie et Gestion sur cette base en ligne qui offre des ressources récentes, complémentaires des livres disponibles dans vos BU !

Et retrouvez sur notre page "Bases en ligne" les autres ressources électroniques dévolues à l'éco-gestion.

 

Bonne lecture!

Article : Lynda Goyer

 

Portraits ... des moniteurs étudiants de la BU Droit-Lettres-Océan Indien

Vous connaissez déjà les "Portraits des bibliothécaires" de la BU Droit-Lettres-Océan Indien. Aujourd'hui, nous vous proposons de rencontrer les étudiants (moniteurs et tuteurs) qui travaillent à la BUDLOI. Qu'ils soient au bureau de prêt du 1er étage, à l'Espace Océan Indien ou en rayon : ils sont là pour vous aider ! Portraits !

 

Vâni

Étudiante en : M1 Droit Public
Auparavant : Licence de Droit (Tampon)
Pourquoi travailler en BU ? : "L'année dernière, pendant ma licence de Droit au campus du Tampon, j'avais déjà pu être monitrice étudiante pour la bibliothèque. C'est une expérience que j'ai beaucoup appréciée. J'y ai vraiment découvert plein de choses. Je ne savais pas que nos bibliothèques étaient si riches de documents ! Et puis j'adore le contact avec les autres étudiants, c'est donc tout naturellement qu'en arrivant sur le campus du Moufia pour mon Master j'ai re-candidaté à la BU Droit-Lettres. Pour moi c'est le job parfait pour un étudiant qui veut financer ses études !"
Des passions ? : "J'aime beaucoup le théâtre. J'en ai fait pendant 3 ans mais maintenant je me contente d'aller voir des pièces quand je peux et de participer ponctuellement à des ateliers. Par ailleurs, je suis bénévole pour l'association Saf France. C'est une association qui lutte contre le syndrome d'alcoolisation fœtale. Cette année nous avons organisé au Tampon le 1er Safthon. Il a eu lieu le 9 septembre. C'est une cause qui me tient particulièrement à cœur. Cette année je vais également participer à un colloque sur les addictions. J'interviendrai sur la thématique "Addiction et grossesse" du point de vue juridique."

 

Alexandrine

Étudiante en : L3 Sciences Sociale
Auparavant : L1 et L2 Sciences de la Société
Pourquoi travailler en BU ? : "Parce que j'adore le contact avec les gens ! Je suis quelqu'un de plutôt expansif, il me fallait un travail en relation avec des usagers. Et puis j'adore les livres. L'année dernière je passais la quasi totalité de mon temps à la BU. Quand j'ai vu l'annonce de recrutement, cela m'a paru évident : il fallait que je postule !"
Des passions ? : "Je cours beaucoup : tous les soirs ! Je fais également un peu de danse (dancehall et danse classique). Mais il faut bien l'avouer la Licence 3 c'est beaucoup de travail alors même quand je ne suis pas postée en service public à la bibliothèque, vous me verrez souvent en train d'y travailler mes cours ou de réviser !"

 

Eugénie

Étudiante en : L3 Histoire
Auparavant : L1 et L2 Sciences de la Société
Pourquoi travailler en BU ? : "J'ai toujours aimé le monde des livres, de la documentation, de la recherche. C'est un univers dans lequel je me sens bien. Cela me permet également d'avoir un pied dans le monde du travail et c'est une chance de le faire dans un cadre si agréable. Et il faut bien l'avouer, cela m'aide aussi beaucoup dans mes propres études puisque je suis de plus en plus efficace dans mes recherches documentaires."
Des passions ? : "Je fais partie de l'association étudiante AEUR. Nous organisons par exemple la chasse aux œufs à Pâques.
De façon générale , j'aime beaucoup tout ce qui est culturel ou artistique mais cette année j'ai beaucoup de travaux à faire pour ma licence et peu de temps pour les loisirs."

 

Déborah

Étudiante en : L3 Administration économique et sociale
Auparavant : L1 et L2 AES
Pourquoi travailler en BU ? : "J'y vois plusieurs avantages ! Premièrement c'est proche de ma faculté, ce qui est très pratique. Deuxièmement, c'est un premier pied dans le monde du travail. Je pense qu’il est essentiel de ne pas attendre d'avoir terminé ses études pour s'y intéresser. Et enfin, c'est un job vraiment sympa. C'est très dynamique, il y a toujours plein de monde et honnêtement je ne vois pas le temps passer !"
Des passions ? : "Je n'aime pas rester enfermée chez moi, j'aime sortir. Rando, ciné, resto, ... peu importe ! J'apprécie les choses simples et conviviales."

 

Kevin

Étudiant en : M1 Lettres Modernes
Auparavant : L1 et L3 Lettres Modernes à l'Université de La Réunion et L2 en Erasmus à Bruxelles
Pourquoi travailler en BU ? : " Sûrement pour répondre à ma curiosité maladive et mon besoin de savoir comment tout fonctionne. Le classement documentaire par exemple, c'était une véritable énigme pour moi ! *rires*  Plus sérieusement, ayant pour projet de poursuivre en thèse, savoir utiliser la BU et ses ressources sera un véritable avantage. D'autre part, m'orienter dans une carrière autour de la documentation (les archives par exemple) est une possibilité. Cela me permet de tester un peu cette voie. "
Des passions ? : "Je me passionne pour la littérature québécoise et réunionnaise. Nous avons sur l'île une belle littérature si peu connue ! Je pense à La Nuit cyclone de Jean-François Samlong par exemple ou encore aux poèmes de Jean Albany.

 

Benjamin

Etudiant en : M1 Information Communication
Auparavant : Licence Études Anglophones
Pourquoi travailler en BU ? : "Ce n'est pas ma première année en tant que moniteur puisque je l'étais déjà en 2016-2017. La première fois que j'ai postulé, c'était surtout de la curiosité. J'avais envie de découvrir ce lieu que je fréquentais beaucoup pour mes études, envie de voir l'envers du décor. Et puis j'ai découvert un emploi qui me correspond vraiment. J'apprécie le contact avec les étudiants et les usagers de la bibliothèque. Je trouve également très enrichissant de travailler et d'échanger avec le personnel de la BU."
Des passions ? : "La musique ! Je suis chanteur. Les styles que je préfères ? Plutôt la variété française et la pop maloya."

 

Yasmina

Étudiante en : M1 Histoire
Auparavant : L3 Histoire
Pourquoi travailler en BU ? : "L'année dernière, dans le cadre de mes études, nous devions réaliser un stage. Après une longue hésitation entre musée et bibliothèque, j'ai opté pour la BU Droit-Lettres-Océan Indien. Ce n'est pas un choix étonnant car avec le recul je me rends compte que j'ai toujours été nichée soit dans ma bibliothèque municipale, soit plus jeune dans le CDI de mon lycée. J'ai beaucoup apprécié mon stage et j'ai découvert un métier très varié. Cela m'a donné envie de poursuivre l'aventure en tant que moniteur. Il faut dire qu'en travaillant ici, on a vraiment l'impression d'être utile, c'est très agréable"
Des passions ? : "J'aime le cinéma, les bandes dessinées et tout ce qui touche aux sciences sociales"

Éditions Les Petits matins : visions du monde contemporain

La maison d'édition Les Petits matins publie depuis une dizaine d'années une vingtaine de titres par an. Leurs titres questionnent le monde contemporain et s'intéressent aux médias, à la transition écologique et économique, ou encore aux jeunes mouvements politiques nés des crises de notre siècle.

"Fondées en 2005 par Olivier Szulzynger et Marie-Edith Alouf, les éditions Les petits matins publient des essais qui analysent les évolutions et les transformations de la société, particulièrement ses mutations écologiques et économiques. Du reportage à l’enquête, nourris de témoignages, nos livres abordent des thèmes aussi variés que les implications de la crise financière, les interrogations autour de la croissance, les dégâts environnementaux, le monde du travail, les nouvelles formes de militantisme, etc."

http://www.lespetitsmatins.fr

La BU Droit-Lettres vous propose une sélection de titres des Petits matins

Journalisme et médias

"À travers toutes sortes de stratégies de contournement, la transformation de détails intimes en affaire d’État a été le fait de tous, des chaînes nationales à la presse dite « de référence ». Face à la pression de l’information en temps réel et aux exigences de capter un public le plus large possible, les médias généralistes ont ainsi contribué à l’effacement des frontières entre corps privé et corps public de la figure présidentielle. Comment les médias ont-ils navigué entre accusations de « peopolisation » et crainte de manquer au devoir d’informer ? En cédant à la « volonté de savoir », n’ont-ils pas participé à cette désacralisation du pouvoir politique qu’ils dénoncent par ailleurs ? Retour sur des événements médiatiques inédits dans l’histoire de la Ve République, qui ont participé à la remise en question de la première figure politique de notre pays." - Les Petits matins

 

Politique et engagement citoyen

"Nuit debout ! Le cri de ralliement d’une génération, d’abord destiné à protester contre la réforme du code du travail, s’est transformé en expérience inédite de démocratie directe. Un bouillonnement d’idées neuves, d’utopies et de pistes concrètes pour changer le monde. [...] Manifestes, appels, témoignages spontanés, articles et autres documents issus de Nuit debout Paris sont ici rassemblés et présentés. Ils témoignent de la vie quotidienne sur la place de la République mais aussi de la richesse et de la profondeur d’un mouvement qui, quelle que soit son issue, s’inscrit déjà dans la mémoire collective du combat séculaire pour l’émancipation." - Les Petits matins

 

Économie et transition

 

Et un spécial Océan Indien...

"Qui sait que les îles Kerguelen, jadis appelées îles de la Désolation, sont un archipel français presque grand comme la Corse, perdu aux confins des quarantièmes rugissants et peuplé d’une cinquantaine d’hivernants ? Dans le petit village gaulois de Port-aux-Français, le plus austral de la République, militaires et scientifiques forment une communauté aux mœurs atypiques, adaptées au milieu extrême. S’ils accueillent parfois de joyeux Australiens ou des marins célèbres en perdition, leurs seuls voisins à plus de mille kilomètres à la ronde sont des millions de palmipèdes et de mammifères marins." Les Petits matins

Retrouvez l'intégralité de notre sélection dans notre catalogue.

Travail : idées de lecture de la BU Droit-Lettres

Le travail s'invite actuellement aux premières loges de l'actualité en France avec les ordonnances relatives au code du travail. Aussi, la BU Droit-Lettres vous propose une sélection de quelques titres pour envisager le travail sous ses multiples facettes :

  • économique : avec les titres cotés en 33 et 658
  • juridique : avec les titres cotés en 34
  • sociologique : avec les titres cotés en 30

Sélection de livres à emprunter :

Des livres en version électronique à lire en ligne :

Et dans la presse : Vous pouvez également suivre l'actualité grâce à la presse, sous format papier ou version électronique :

Sélection proposée par Catherine Guinot, responsable du secteur Droit-Economie-Gestion à la BU Droit-Lettres-OI

 

 

 

Expo : Inside à la BU du Tampon

Du 6 octobre au 1er novembre 2017, la BU Tampon propose "Inside", une exposition des photographies d'Ysabelle Gomez.

La photographe était sur l'Esperanza, le bateau de Greenpeace en mission dans l’Océan Indien en avril-mai 2016. Ses photos relatent de l'intérieur la vie des activistes.

cliquer pour agrandir

Vous préparez un diplôme comptable supérieur (D.C.G., D.S.C.G., D.E.C.)? (1)

Photo (C) RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux

Trois diplômes structurent aujourd’hui la filière expertise comptable : le diplôme de comptabilité et de gestion (D.C.G.), le diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (D.S.C.G.), et le diplôme d’expertise comptable (D.E.C.).

Retrouvez les livres de l'éditeur Dunod pour vous aider dans votre préparation.

DUNOD

Comment ? ils sont tous sortis !

Pas de panique, retrouvez la version en ligne sur la base Scholarvox : des livres à lire en ligne, à l'université, mais aussi chez vous ou sur le volcan pour une connexion à distance avec vos identifiants étudiants, maintenant qu'il est en repos!

Voici les dernières éditions que vous trouverez :

DCG

Annales

DSCG

Nous vous proposerons bientôt d'autres éditeurs pour préparer ces diplômes.

Bibliothèque de l'aspirant journaliste

His Girl Friday - Howard Hawkes, 1940

Quelques références à destination de nos futurs reporters et journalistes en devenir...

... à propos du métier de journaliste

Un guide indispensable pour les journalistes indépendants, quel que soit leur statut (free-lance, pigiste...), afin de connaître les démarches essentielles (fiscalité, couverture sociale...), les bonnes pratiques (organisation du travail, matériel nécessaire...), mais aussi savoir démarcher les rédactions, diversifier son activité, évoluer et se former, etc. De nombreuses synthèses, parfois sous forme de mind mapping, fiches récapitulatives, "boîtes à outils", interviews de professionnels, feront de cet ouvrage une référence incontournable pour les journalistes d'aujourd'hui...

L’art de raconter est au cœur même de la pratique journalistique. Dans le contexte de la révolution numérique, la maîtrise de l’écriture de presse demeure plus importante que jamais. Elle permet entre autres de départager, dans le magma des réseaux sociaux, les professionnels de l’information de ceux qui ne le sont pas, de même que l’information véridique et fiable de celle qui est inexacte et approximative. Dédié principalement aux étudiants en journalisme, cet ouvrage permet de répondre aux exigences des journaux, de la radio, de la télévision et des magazines Web et s’adresse à ceux qui aspirent à exercer un métier qui agit plus que jamais comme un miroir social et un moteur de changement

... à propos du journalisme à l'heure du numérique

Qu'est-ce qu'une information d'actualité ? Comment se saisir de cet objet aux contours imprécis qui ne cesse de circuler et de se transformer ? Le développement puis l'omniprésence d'Internet reconfigurent en profondeur le paysage médiatique et impose de reconsidérer les définitions, les catégories sur lesquelles reposent nos connaissances. C'est l'objet de ce livre que d'interroger la diversité des formes contemporaines de l'information d'actualité. L'ouvrage présente des recherches qui croisent approches et méthodes variées pour rendre compte de la richesse des modes d'existence de l'information et des questions qu'elle nous adresse en tant que chercheur, étudiant et citoyen.

Qui peut encore se prétendre journaliste « papier », « radio » ou « télé » sans considération pour le numérique ? À l'ère des réseaux sociaux, des smartphones et du big data, les rédactions ne cherchent pas seulement des reporters accomplis, mais aussi des virtuoses du Web. Aujourd'hui, tout journaliste doit savoir enquêter en ligne, se repérer parmi des milliers de données, délivrer des informations en continu, jongler avec les temporalités - le temps réel, le replay -, calibrer les contenus pour tous les écrans, œuvrer à leur diffusion, cohabiter avec des algorithmes « bien plus puissants que les plus puissants des directeurs de rédaction », travailler avec des robots rédacteurs, etc. Commencée il y a quinze ans, la migration des savoir-faire journalistiques vers les contrées numériques a révolutionné les métiers de l'information. Et elle est loin d'être achevée.

Dans cet essai incisif et stimulant, Lauren Malka vient fort à propos nous rappeler ce dilemme vieux comme le journalisme - activité intellectuelle qui a toujours prétendu rester vierge de toute compromission commerciale tout en entendant démocratiser l'information citoyenne et faire en sorte qu'un journal soit lu par le plus grand nombre de personnes possible. Enfant du web et de Kessel, Lauren Malka déconstruit patiemment les mythologies qui s'attachent à une vision en grande partie idéalisée du journalisme. Si la résurgence de peurs archaïques se cristallise aujourd'hui autour de l'automatisation de la profession, il est également permis de penser que les algorithmes de Google ne font, en réalité, que figer des mécanismes à l'oeuvre depuis les origines du métier. Entre permanences et mutations, le journalisme, menacé dans son existence même, n'a sans doute pas pour autant fini de se réinventer..

... à propos du journalisme radiophonique

Un condensé des éléments à connaître pour se lancer dans le journalisme radio. Les auteurs proposent une synthèse sur la radio comme média de l'instant et du son, détaillent les différents types de radio (généralistes, locales, régionales, communautaires, associatives et musicales) et présentent les différents métiers du journalisme radio. Avec des exercices d'entraînement et des témoignages.

Retrouvez notre sélection dans notre catalogue. Bonnes lectures !

Crédits photos : CC0 Domaine public

Mathématiques d'école : les manuels scolaires de la Troisième République

Source gallica.bnf.fr - BnF

Les mathématiques sont à l'honneur à l'ESPE de La Réunion en ce mois d'octobre.

La Bibliothèque Universitaire de Bellepierre vous présente à partir du 9 octobre 2017 l'exposition :

"Mathématiques d'école : les manuels scolaires de la Troisième République"
Lundi 9 octobre 2017 : Cocktail d'inauguration de l'exposition
à la BU de Bellepierre à partir de 18h30.
Prêtée gracieusement par l'IREM de Limoges, l'exposition est le fruit de deux ans de travail d'une équipe composée de Sophie Couteaud, Valérie Legros, François Loget, Cécile Mourlon-Caffin, Marc Moyon, Loïc Rouy et Pierrick Verdier.
Elle a été réalisée à partir d'ouvrages issus du fonds ancien de l'ESPE du Limousin. Ce fonds, héritage des anciennes Écoles normales d’instituteurs et d’institutrices de l’Académie de Limoges, augmenté de dons de personnes privées, est constitué pour sa plus grande part de manuels d’enseignement primaire et primaire supérieur des XIXe et XXe siècles, d’ouvrages destinés à la formation des instituteurs et institutrices, ainsi que d’archives et de matériel scolaire.
La BU Bellepierre, c'est ici :
Campus Bellepierre ESPE
1 Allée des Aigues-Marines
97487 Saint-Denis Cedex 9
Tél. accueil : 0262 9043 18

Expo : "Vers une Europe plus unie" à la BUDLOI

A l'occasion du 60ème anniversaire des Traités de Rome, la Direction des Relations Internationales et la Bibliothèque Droit-Lettres-Océan Indien vous proposent une exposition du Centre Régional d'Information Jeunesse :

"Vers une Europe plus unie. L'héritage des Traités de Rome pour l'Europe d'aujourd'hui"


Créée par les archives de l’Union européenne et l’Institut universitaire de Florence, cette exposition itinérante est basée sur des documents et des images d’archives. Elle vise à retracer l’histoire de l’intégration européenne de la signature des Traités de Rome aux défis de l’Europe d’aujourd’hui. L’exposition est composée de 14 panneaux reproduisant des documents et des images, avec des légendes explicatives, structurées en 4 sections thématiques: un aperçu historique, dimension sociale et citoyenne européenne, l’Europe dans le monde, et l’Europe : défis futurs.

Inauguration lors de l'Erasmus Day le vendredi 13 octobre à 10h (1er étage de la BU).

Expo visible à la BU Droit-lettres-Océan Indien du 2 au 27 octobre 2017
Campus du Moufia
Du lundi au vendredi 8h-19h
Le samedi 8h-12h
.

Et pour en savoir plus, nos bibliothécaires ont sélectionné pour vous quelques documents:

50 ans de construction européenne : 1957-2007 / Jean Castarède
Dictionnaire historique de l'Europe unie / sous la direction de Pierre Gerbet, Gérard Bossuat et Thierry Grosbois ; préface d'Elie Barnavi
Europe : le vieux monde en crise ? / Mark Bailoni ; [préface de Hubert Védrine]
Géopolitique de l'Europe : de l'Atlantique à l'Oural / par Gérard-François Dumont,... Pierre Verluise,...
L'économie européenne 2017 / OFCE
L'Europe et l'avenir du monde / Michel Foucher
La double démocratie : une Europe politique pour la croissance / Michel Aglietta et Nicolas Leron
La norme sans la force : l'énigme de la puissance européenne / Zaki Laïdi
Le Traité de Rome : histoires pluridisciplinaires / Sandrine Devaux, René Leboutte et Philippe Poirier, dir.
Les banlieues de l'Europe : les politiques de voisinage de l'Union européenne  / sous la direction de Jacques Rupnik
Les deux Europes : actes du IIIe colloque international RICHIE [tenu à Naples en décembre 2007] / Michele Affinito, Guia Migani & Christian Wenkel (dir.)
Les pères de l'Europe : sept portraits / Claudio Giulio Anta
Les traités européens après le Traité de Lisbonne : textes comparés / édition établie par François-Xavier Priollaud et David Siritzky
Refaire l'Europe : avec Jürgen Habermas / sous la direction de Yves Charles Zarka
Robert Schuman et les pères de l'Europe : cultures politiques et années de formation / organisé par la Maison de Robert Schuman et le Réseau des Maisons des Pères de l'Europe ; Sylvain Schirmann (dir.)
Science politique de l'Union européenne / sous la direction de Céline Belot, Paul Magnette, Sabine Saurugger ; [préface Jean-Louis Quermonne,...]
Théories et concepts de l'intégration européenne / Sabine Saurugger
Trajectoires de l'Europe, unie dans la diversité depuis 50 ans / [sous la direction de Sylvaine Poillot-Peruzzetto] ; avec les contributions de André-Jean Arnaud, Bertrand Monthubert, Marc Blanquet... [et al.]

En ligne :

- Revue de presse de l'anniversaire du Traité de Rome
- L'expo est également visible en ligne (fichier pdf)

 

 

Crédit image :
- Europe : CC BY Charles Clegg

 

Portraits de bibliothécaires - Hélène S.

La Bibliothèque Universitaire de Droit-Lettres-Océan Indien (BUDLOI) vous propose, via des billets de blog, de découvrir ou redécouvrir son personnel et ses missions.
Vous aviez déjà pu faire la connaissance de certains d'entre eux. Aujourd'hui, nous vous proposons de partir à la rencontre d'Hélène, nouvellement arrivée à La Réunion !

Bonjour Hélène. Peux-tu te présenter ?
Hélène S. : Je m'appelle Hélène Saada. Je suis bibliothécaire à la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres-Océan Indien et responsable du secteur Lettres et Sciences Humaines.

Ton arrivée à la Réunion est récente. D'où viens-tu ?
H. : Effectivement, une arrivée très récente puisque j'ai pris mon poste en septembre 2017.
Je suis originaire de Paris mais j'ai beaucoup bougé ! J'ai passé mon Master Documentation à l'Université de Poitiers puis j'ai obtenu un premier poste de documentaliste au service d'Information et d'orientation de l'université de Bordeaux 3.. Je n'y suis restée que 10 mois car suite à la réussite du concours de Bibliothécaire Adjoint Spécialisé j'ai rejoint la Bibliothèque Interuniversitaire Sainte Barbe à Paris en tant que chargée de collections. Je devais gérer l'ensemble du circuit documentaire (achat, catalogage, valorisation, désherbage,...) de trois fonds.
En 2013, j'ai obtenu le concours de bibliothécaire d’État. Après 6 mois de formation à l'École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques (ENSSIB), j'ai été affectée à la Bibliothèque Publique d'Information (BPI), toujours à Paris, en avril 2014. C'était un poste très différent de ce que j'avais déjà connu puisque j'ai rejoint le service "Développement des publics" en ayant pour principale mission le développement des actions à destination des publics du champ social (personnes précaires, migrants, etc). J'étais donc beaucoup moins en contact avec les collections et même si cela m'a un peu manqué, c'était un poste extrêmement intéressant et enrichissant. J'ai rencontré et travaillé avec de nombreux partenaires extérieurs ainsi qu'avec d'autres services de la bibliothèque. C'était un poste très transversal.

Tu y es donc restée 3 ans avant de rejoindre la BUDLOI ?
H. : C'est cela ! Après 6 ans à Paris, mon compagnon et moi-même voulions vraiment quitter la région parisienne. C'est là que nous avons vu que le Service Commun de la Documentation de l'Université de La Réunion proposait deux postes pour la rentrée 2017. Nous avons donc saisi cette opportunité.

,

Quelles vont être tes missions au sein de la BUDLOI ?
H. : J'encadre une équipe de 8 agents. Ma principale mission est donc de faire en sorte que mon équipe puisse travailler dans les meilleures conditions possibles. Je dois leur donner les moyens de réaliser leurs tâches. En tant que responsable du secteur Lettres et Sciences Humaines, je dois suivre le budget alloué au secteur. En lien avec les autres responsables ainsi qu'avec la responsable de la bibliothèque, nous sommes chargés d'impulser de nouvelles politiques afin de faire évoluer les actions de la bibliothèque et le service rendu aux usagers.

Je suis également chargée de la formation des usagers pour la BUDLOI. Cela ne veut pas dire que j'assure toutes les formations. Nous sommes toute une équipe et de nombreux collègues y sont impliqués. J'ai plutôt un rôle de coordination et de développement. Par exemple, j'aimerais beaucoup que nous développions l'offre à destination des Masters. C'est un objectif pour la rentrée 2018. Nous aimerions leur proposer des formations dédiées comme la "mise en forme du mémoire" ou la "rédaction des références bibliographiques". De façon générale, j'aimerais beaucoup que nous puissions inclure ces formations dans les cursus car je pense que la bibliothèque à un rôle important à jouer dans la réussite des étudiants.

Enfin, comme tous les agents de la bibliothèque, je participe au service public. C'est la base de notre métier ! C'est quelque chose que j'apprécie particulièrement, tout comme les visites ou les formations. C'est dans ces moments d'échanges avec les usagers que l'on se sent utile.

Et en dehors de la bibliothèque, des passions ?
H. : Avant d'avoir ma fille, je faisais beaucoup de course à pied, de natation ou encore de randonnées. J'avais un peu laissé le sport de côté mais avec notre arrivée sur l'ile je compte bien reprendre la marche. Grâce au SUAPS, j'ai découvert la Préparation Physique Générale (PPG). C'est un sport assez physique mais vraiment complet.
Sinon, j'aime beaucoup cuisiner. Pendant 3 ans j'ai tenu un blog de cuisine. Aujourd'hui il est en jachère mais peut-être que la cuisine créole va m'inspirer et qu'il y aura bientôt de nouveaux articles !

 

 

Expo à la BU Sciences en octobre : Ilo

Expo proposée par le CAUE

Du 2 au 30 octobre 2017, la BU Sciences vous présente

"ILO - Irrigation du Littoral Ouest",
une exposition proposée par le CAUE pour mieux connaître :

  • l'histoire de l'irrigation
  • les grands travaux et l'infrastructure
  • le service de livraison d'eau brute

Le CAUE (Conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement) présente ici cette exposition :

"La gestion de l'eau est devenue un véritable enjeu sociétal. Son importance s'apprécie avec une acuité particulière à l'aune de changements climatiques susceptibles d'affecter nos ressources en eau"

Lire la suite sur le site du CAUE

 

La BU Sciences, c'est ici :
Campus du Moufia
15 avenue René Cassin
97400 St Denis

Horaires d'ouverture :
- du lundi au vendredi de 8h à 19h
- le samedi de 8h à 12h

 

 

Taylor and Francis : des ebooks en Sciences politiques et Relations internationales

Les Bibliothèques universitaires de La Réunion vous donnent accès à près de 1500 ouvrages (ebooks) en sciences politiques et relations internationales publiés entre 1977 et 2012 par les éditions Taylor & Francis (dans le cadre des Archives ISTEX).

Vous pouvez naviguer dans les grandes catégories proposées comme par exemples Théorie politique ; Philosophie politique ; Union européenne ; Gouvernement ; Politique et média

Quelques titres :

Tous ces ebooks sont accessibles depuis chez vous après authentification (logins numériques de l'Université)

Pour connaître toutes les ressources acquises via Istex et accessibles via le site Web des BU, rendez-vous sur le site : http://www.istex.fr/ressources-acquises/

Autre ressource :
Découvrez ArchiPolis, les archives des Sciences sociales du politique (catalogue des enquêtes recensées par le consortium ArchiPolis d'Huma-Num (Cevipof, CDSP...)

Bonne lecture !

Des questions, des avis, des commentaires, contactez-nouus

 

Les nouveautés 2017 de la BU Santé

La BU Santé (Université de La Réunion) vous présente les nouveaux livres reçus cette année ainsi que des liens vers de la documentation Santé.
Tout est à découvrir en cliquant sur les images ci-dessous.

Avril 2017

cliquer pour voir les documentscliquer pour voir les documents

Mai 2017

cliquer pour voir les documentscliquer pour voir les documents

Septembre 2017

cliquer pour voir les documents

Retrouvez sur le site web des BU toute notre offre électronique (articles, annales, ebooks, revues,...) en documentation Santé.

La BU Santé, c'est ici
Campus Terre Sainte
Institut des Etudes de Santé
rue du Lycée
97410 Saint Pierre
Tél. accueil : 02 62 70 98 30