Portraits de bibliothécaires - Jérémy

 

Les Bibliothèques de l'Université de La Réunion proposent, via des billets de blog, de découvrir ou redécouvrir leur personnel et leurs missions.
Vous aviez déjà pu faire la connaissance de certains d'entre eux. Ce mois-ci, c'est Jérémy qui se prête au jeu de l'interview !

Bonjour Jérémy, peux-tu te présenter ?
Jérémy J. : Bonjour, je m'appelle Jérémy et je travaille en bibliothèque depuis 11 ans. Contractuel pendant de nombreuses années en bibliothèque universitaire, j'ai ensuite connu la lecture publique en intégrant les bibliothèques de la Ville de Paris. Cette expérience a duré 2 ans et j'ai souhaité revenir en bibliothèque universitaire car j'ai une préférence pour le travail en milieu académique qui offre un cadre professionnel plus outillé et équipé que la fonction publique territoriale.

Je travaille depuis septembre 2017 à la BU Sciences (Université de La Réunion). J'ai vécu à La Réunion quelques années de mon adolescence (entre 11 et 14 ans) et j'ai senti que c'était le moment de revenir sur cette île. Un nouveau poste est toujours dynamisant d'autant plus dans un contexte géographique particulier.

Quelles sont tes missions actuelles ?
J. : Mes missions se répartissent en 2 axes : d'un côté, la gestion de collections dans plusieurs domaines des sciences ; d'un autre côté, le signalement national des thèses soutenues à l'Université de La Réunion.
Le travail sur les collections a été en grande partie consacré au changement de cotation en Dewey. Par ex. l'informatique qui était dans la cote 61 se retrouve dans la cote 0.

Quels sont les aspects du métier qui te donnent le sourire ?
J. : Le besoin de voir les usagers et de les connaître plus. Il est important d'être à leur écoute pour leur apporter ce dont ils ont besoin. Les rencontrer dans le cadre de formations (C2i, Pix) me semble indispensable pour lier ce contact nécessaire.
Le public des Doctorants représente pour moi un public à accompagner vers lequel les bibliothécaires peuvent déployer des boîtes à outils et des services pour les aider à bien mener leur sujet de thèse.

Travailler sur le signalement des thèses me permet d'avoir une ouverture sur des champs de recherche très riches qui représentent le positionnement de l'Université de La Réunion (biologie marine, créolité, textes et cultures de l'océan Indien).
J'ai un intérêt pour la musique réunionnaise véhiculée par Jean Albany, Alain Peters ou René Lacaille.

Cela te donne-t-il l'envie de pousser la chansonnette ?


Je joue assez peu avec ma voix mais avec de vrais instruments. La basse électrique a fait le voyage avec moi jusqu'à La Réunion mais la contrebasse n'a pas traversé les mers. Je souhaite participer à des ateliers musicaux. La rencontre avec Kiki Mariapin, bassiste et créateur de Sabouk, m'ouvre de nouveaux territoires sonores

 

 

 

Et si tu fais un petit bilan de ton métier
Je peux dire que je suis attaché à une qualité du service public. Celui-ci était très exigeant en lecture publique mais à la fois stimulant (offre documentaire et publics variés). On est toujours en mouvement.
En bibliothèque, on fait beaucoup de choses et on se trompe parfois mais ce n'est pas grave, on recommence avec autre chose.

Je roule en roller pour rester dans le mouvement.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.